Aujourd'hui tout le monde reconnaît qu'un effondrement écologique est en train de se produire. Pourtant, les efforts déployés par les associations, les ONG, les militants écologiques sont globalement inopérants : la mobilisation citoyenne reste assez faible. Pourtant, la situation est pire qu’on ne le croit.

Maison abandonnée et envahie par le désert
Maison abandonnée et envahie par le désert © Getty / Paul Bruins Photography

Cyril Dion était invité aujourd'hui au micro d'Ali Rebeihi dans Grand bien vous fasse. Il est le réalisateur du film Demain, sorti en 2016 avec Mélanie Laurent, qui faisait un tour du monde des solutions déjà connues pour réinventer l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation (un film qui a connu un grand succès public et critique : le film a été vu par 1,2 millions de personnes et avait reçu le César 2016 du meilleur documentaire). Cyril Dion est également cofondateur, avec Pierre Rabhi, du mouvement écologiste Colibri.

Au micro d'Ali Rebeihi, Cyril Dion dresse un bilan vertigineux sur la planète :

"Aujourd’hui, les scientifiques parlent de sixième extinction de masse des espèces sur la planète. En gros, on a perdu 50% des populations d'espèces vertébrées ces 40 dernières années, 80% des insectes volants en Europe, 30% des oiseaux.

On imagine qu’en 2050 (cela fait la Une de l’Obs cette semaine), on pourrait avoir plus de plastique que de poissons dans l’océan. On est en train de perdre les coraux à cause de l'acidification des océans - or, les coraux abritent énormément de vie marine et permettent la reproduction de beaucoup d’espèces donc si les coraux meurent, c’est toute une partie de l’écosystème marin qui meurt. Les océans aujourd’hui fournissent à peu près 40% de l’oxygène qu’on respire. C’est le premier puits de carbone de la planète (c’est eux qui absorbent le plus de CO2) 

Par conséquent, le climat se réchauffe de plus en plus vite ; aujourd’hui on est déjà à +1,2°C. Les accords de Paris, qui sont très optimistes, disaient "Il faut qu’on reste en dessous de 2°C d’ici 2100". Il y a eu une fuite d'informations de chez BP et Shell dans The Independent en Angleterre : leur scénario interne, selon eux, est qu’on sera à +5°C en 2050. Si on est à +5°C en 2050, ce sont des réactions en chaîne ensuite, avec les quantités de méthane qui vont être libérées, qui vont faire que des parties entières de la planète seront inhabitables. Donc des gens vont mourir ou migrer. On imagine qu’il y a 250 millions de personnes qui vont migrer d’ici 2100.

Et donc qu’est-ce qu’on fait avec ça ?"

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.