Alors que le Parlement européen exige que Mark Zuckerberg vienne en personne s'expliquer sur l'utilisation des données personnelles de ses utilisateurs, c'est cette semaine que Facebook met en place de nouveaux paramètres de confidentialité pour se conformer aux règles européennes. Une bonne nouvelle ?

Dès cette semaine, Facebook va mettre en place de nouvelles conditions d'utilisation pour se conformer à la réglementation européenne
Dès cette semaine, Facebook va mettre en place de nouvelles conditions d'utilisation pour se conformer à la réglementation européenne © Maxppp / Jérémie Fulleringer

Coïncidence ou pas : alors qu'en ce mercredi, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a exigé que le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, vienne en personne s'expliquer devant les députés européens sur l'utilisation des données personnelles de ses millions d'utilisateurs, c'est cette semaine que le réseau social met en place ses nouveaux paramètres de confidentialité pour se conformer à la réglementation européenne en la matière, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

Vers une prise de conscience des utilisateurs ?

Ainsi, tout en haut de son fil d'actualité, chaque usager sera invité à choisir par exemple s'il souhaite partager ses opinions politiques, religieuses, ou encore sa situation amoureuse. Certes, cela mettra Facebook en conformité avec le règlement européen de protection des données, mais ce n'est pas une énorme évolution selon Fabrice Epelboin, spécialiste de cyber-sécurité. "Techniquement, plutôt que d'avoir à accepter des conditions d'utilisation qui non seulement sont illisibles, mais qu'en plus, il faut être honnête, personne ne lit", explique-t-il, "les écrans explicitant expliquant l'usage qui va être fait des données personnelles vont être plus clairs et plus explicites, notamment sur la façon dont ce sera fait".

Selon Fabrice Epelboin, cela pourrait être une bonne chose pour certains : "Les utilisateurs vont peut-être comprendre qu'il est plus sain de ne pas tout partager sur Facebook, et que s'ils partagent des choses, il vaut mieux paramétrer finement avec qui et comment ils les partagent".

Facebook va poursuivre le ciblage publicitaire

Pour autant, malgré ces nouveaux paramètres de confidentialité, Facebook va continuer d'exiger de ses utilisateurs qu'ils acceptent les publicités ciblées. "Bien sûr ! Facebook va continuer !" poursuit le spécialiste. "Le modèle économique de ce réseau social est basé sur l'obtention des données personnelles des utilisateurs. Et les méthodes de ciblage utilisées pour la publicité sont de plus en plus précises : ce que l'affaire Cambridge Analytica a révélé, c'est qu'on est désormais en mesure de cibler la psychologie des individus, et d'adapter un message en fonction de données psychologiques propres à chaque personne, de manière a ce qu'il ait un maximum d'impact". 

Fabrice Epelboin n'est pas le seul à prédire la poursuite par Facebook du ciblage publicitaire. Lors d'une conférence de presse du groupe aux États-Unis, le responsable adjoint à la sécurité du réseau social l'a répété : "Facebook ne renoncera pas à la publicité ciblée".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.