[scald=67957:sdl_editor_representation]STRASBOURG (Reuters) - Peugeot Scooters, une filiale du groupe PSA, a confirmé vendredi son intention de fermer son usine de Dannemarie (Haut-Rhin) d'ici fin 2012 et de supprimer 200 emplois, a-t-on appris de source syndicale.

A l'initiative des centrales syndicales, le comité d'entreprise a décidé de nommer un expert-comptable, le cabinet Syndex, qui sera chargé de vérifier la pertinence des mesures annoncées lors d'un comité central extraordinaire;

"Ils veulent garder les capacités (de production) sans les personnes capables d'assurer les fabrications", a déclaré Emmanuel Guillier, délégué central CGT.

L'usine de Dannemarie, qui emploie 140 personnes, produit des moteurs pour deux roues de petite cylindrée et des pièces pour l'automobile.

Quarante salariés seraient reclassés dans l'autre usine de Peugeot Scooters, à Mandeure (Doubs), qui emploie 650 personnes et où 100 emplois seraient supprimés, ainsi qu'à l'intérieur du groupe PSA.

Cette décision intervient alors que le constructeur automobile vient lui-même d'annoncer la suppression de 6.000 emplois dans le monde dont 5.000 en France.

Peugeot Scooters, qui accumule les déficits depuis une dizaine d'années, selon la CGT, a délocalisé les deux tiers de sa production en Chine, à Jinan, où une production de petits modèles, en coentreprise avec un partenaire chinois, a débuté en 2007.

L'entreprise, qui était numéro 1 du scooter en France en 2010, mais seulement numéro 4 en Europe avec un total de 97.000 unités vendues, mise sur le haut de gamme pour pérenniser son activité en France.

Un véhicule à trois roues de 400 cm3 doit y être produit à partir de 2012.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.