[scald=213379:sdl_editor_representation]par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Les syndicats de PSA Peugeot Citroën ont approuvé vendredi le déblocage anticipé des départs de salariés de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où la situation est tendue depuis plusieurs semaines.

"C'est une mesure qui fait l'objet d'un consensus entre la majorité des organisations syndicales et la direction", a déclaré un porte-parole de PSA, après un scrutin organisé lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire au siège parisien du groupe automobile.

Ce déblocage anticipé des transferts vers un site de PSA voisin, à Poissy (Yvelines), avait été proposé face aux risques de heurts entre salariés grévistes et non grévistes à l'usine d'Aulnay.

La fermeture complète d'Aulnay est programmée pour juin 2014 et le site est à l'arrêt depuis mercredi après plusieurs semaines de production au compte-gouttes.

Une source au fait du dossier a indiqué que parmi les six syndicats représentés au CCE, seule la CGT avait voté contre ces transferts anticipés. "La mobilité temporaire a été votée par 18 voix sur 20", a-t-elle précisé.

Premier constructeur automobile français, PSA est en pleine restructuration pour endiguer ses pertes et réduire ses surcapacités en Europe. Le plan social qu'il a engagé prévoit que la moitié des 3.000 salariés d'Aulnay soient transférés à Poissy. Le déblocage anticipé des transferts a fait craindre que ce calendrier ne soit accéléré.

Lors d'une conférence de presse, le directeur industriel de PSA a souligné que les transferts approuvés vendredi étaient provisoires et avaient pour but d'apaiser la situation à l'usine d'Aulnay.

Il a précisé que le groupe n'avait pas l'intention de fermer plus tôt que prévu l'usine d'Aulnay, et que le site produirait encore des Citroën C3 jusqu'à l'année prochaine comme annoncé.

"Il n'est pas question de vouloir précipiter une fermeture du site, nous avons prévu de produire le véhicule C3 à Aulnay jusqu'en 2014", a déclaré Denis Martin.

"Nous avons besoin de cette période-là, tout d'abord pour finaliser l'ensemble des projets de réindustrialisation", a-t-il expliqué.

Auparavant, priée de dire si la question d'une fermeture anticipée du site d'Aulnay avait été abordée dans la matinée lors du CCE, une deuxième source au fait du dossier avait répondu non.

Face aux tensions entre grévistes et non grévistes, le ministère du Travail a décidé jeudi de nommer un médiateur pour tenter d'y rétablir le calme et le dialogue.

Aulnay sera la première usine d'assemblage automobile à fermer ses portes en France depuis l'arrêt du site de Renault à Billancourt (Hauts-de-Seine) il y a plus de vingt ans.

PSA a confirmé mercredi son objectif de redressement à moyen terme, assurant qu'il avait les moyens financiers de maintenir son cap stratégique. Le groupe a subi une perte nette record de cinq milliards d'euros en 2012.

Edité par Dominique Rodriguez

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.