[scald=66619:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le Premier ministre François Fillon s'est dit mardi prêt à revenir à trois jours de carence dans le privé en cas d'arrêt maladie, comme le demande le président du groupe UMP de l'Assemblée, Christian Jacob.

Le gouvernement a décidé la semaine dernière de créer un jour de carence dans le secteur public en cas d'arrêt maladie et de porter de trois à quatre jours ce délai pour le privé.

"Je suis ouvert à toute proposition mais ce qu'il faut, c'est un Ondam (objectif national des dépenses d'assurance-maladie-NDLR) à 2,5%", a dit François Fillon devant le groupe UMP de l'Assemblée, ont rapporté plusieurs députés présents.

"François Fillon a ouvert la porte en disant 'si vous avez de bonnes idées, je suis preneur. Pour l'instant, je n'en vois pas", a rapporté à Reuters le député UMP Bernard Debré. "Il est vrai que ça râle chez les députés."

"J'ai demandé au gouvernement à ce que l'on revienne sur ce quatrième jour de carence", a expliqué Christian Jacob lors de son point de presse hebdomadaire tenu à l'issue de la réunion de son groupe en présence du chef du gouvernement.

"Le Premier ministre a dit qu'il n'était pas fermé sur ce sujet à condition que l'on trouve les économies financières correspondantes", a-t-il poursuivi.

Le "patron" des députés de la majorité a dit avoir proposé la mise en place d'un groupe de travail "très rapidement" autour de Pierre Méhaignerie, le président de la commission des Affaires sociales, afin de trouver une proposition".

Le gouvernement a déposé dans le cadre de l'examen en nouvelle lecture du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012 un amendement portant de trois à quatre jours le délai de carence dans le privé.

Il avait fait adopter la semaine dernière, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2012, un amendement créant une jour de carence dans le secteur public.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Mots-clés:

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.