La légion d’honneur de Patrice de Maistre

Fin juin, le Point.fr révèle qu’Eric Woerth a remis la légion d’honneur à Patrice de Maistre en janvier 2008. L’ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy explique qu’elle lui a été remise pour ses activités de chef d’entreprise.

Début septembre, le Canard Enchaîné et L’Express donnent une autre version de l’histoire : Eric Woerth a adressé une lettre de recommandation à Nicolas Sarkozy. Patrice de Maistre mérite la prestigieuse décoration pour son aide précieuse à l’UMP lors de la campagne électorale pour la présidentielle, en particulier au sein du premier cercle des donateurs du parti.

Lire l’enquête de Benoît Collombat sur Eric de Sérigny, membre éminent du premier cercle et conseiller d’Eric Woerth.

Le chef de l’Etat est accusé de financement illégal de sa campagne électorale

Deuxième emballement le 6 juillet 2010 avec la publication par le site Mediapart du témoignage de l’ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout.

« Nicolas Sarkozy (quand il était maire de Neuilly de 1983 à 2002)recevait aussi son enveloppe, ça se passait dans l’un des petits salons situés au rez-de-chaussée, près de la salle- à-manger. Ça se passait généralement après le repas, tout le monde le savait dans la maison […] c’était un habitué. Le jour où il venait, lui comme les autres d’ailleurs, on me demandait juste avant le repas d’apporter une enveloppe kraft demi-format, avec laquelle il repartait. Je ne suis pas stupide quand même, inutile de me faire un dessin pour comprendre ce qui se passait… »

__

Le surlendemain, les enquêteurs entendent de nouveau Claire Thibout car lors de précédentes auditions, elle n’avait pas fait référence ni à un possible financement illégal de la campagne du chef de l’Etat en 2007 ni à des enveloppes d’argent en liquide versées au cours des années précédentes, notamment lors de la campagne d’Edouard Balladur que dirigeait Nicolas Sarkozy.

Claire Thibout dément en partie les propos que lui prêtait Fabrice Lhomme, ancien journaliste du journal le Monde travaillant désormais à Mediapart ; du moins pour la partie où l’article fait le lien entre les « dons » à un certain nombre d’hommes politiques de droite et la campagne d’Edouard Balladur. L’ex-comptable parle devant les policiers de la « romance de Médiapart ».

Fabrice Lhomme affirme avoir retranscrit au mot près les propos de Claire Thibout ; le jour de l’entretien, il avait un témoin mais pas de magnétophone.

Claire Thibout maintient en revanche avoir retiré 50 000 euros en mars 2007, à la demande de Liliane Bettencourt, pour Patrice de Maistre, qui était censé les remettre à Eric Woerth pour les frais de campagne du candidat de l’UMP Nicolas Sarkozy. Elle précise qu’elle était chargée de ramener 150 000 euros mais que le plafond était fixé à 50 000 hebdomadaires à la BNP. Claire Thibout laisse aussi entendre que le complément a été retiré à Genève par Patrice de Maistre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.