Plus de flexibilité aux entreprise, plus de sécurité pour les salariés, c'est l'idée défendue dans l'accord sur l'emploi" conclu le 11 janvier par le gouvernement. Problème : le texte divise les socialistes.

La transcription de l'accord doit être présentée mercredi en Conseil des ministres, un texte qualifié de "régression sociale" par plusieurs syndicats, non signataires : FO, la CGT ou encore Solidaires appellent à manifester mardi. De leur côté, les socialistes sont très divisés sur le texte.

Les précisions de Marion Lagardère

__

Plus de 170 manifestations et rassemblements sont prévus partout en France. L'ancien patron de la CGT Bernard Thibault espère plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues et si cela ne suffit pas, dit-il, "nous conitnuerons".

L'accord conclu le 11 janvier prévoit un dispositif de maintien dans l'emploi sur une durée maximale de deux ans en contrepartie d'une baisse des salaires ou d'une augmentation de la durée de travail, sous réserve d'une validation par des syndicats représentants une majorité de salariés.

Des membres du PS dans la manifestation de mardi

Marie Noëlle Lienemann
Marie Noëlle Lienemann © ©PHOTOPQR/OUEST FRANCE / Philippe RENAULT

Trois représentants de l'aile gauche du PS se rendront à la manifestation contre l'accord "flexisécurité" demain à Paris. La sénatrice PS, Marie-Noëlle Lienemann, le député, Jérôme Guedj, et le chef de file du courant "Maintenant la Gauche", Emmanuel Maurel, iront saluer les syndicalistes dans le carré de tête. Un geste en forme de pied de nez contre Jean-Marc Ayrault, fervent défenseur d'un accord qu'il a qualifié "d'historique". La CGT et Force Ouvrière ont appelé à manifester mardi 5 mars à Paris contre la transcription de l'accord national interprofessionnel sur la compétitivité et la sécurisation de l'emploi (ANI). Le texte a été signé le 11 janvier dernier par une partie des partenaires sociaux (CFDT, CFTC, Medef, CGC) mais soulève de vives contestations depuis deux mois. Une trentaine de députés socialistes souhaite modifier le contenu de cet accord lorsqu'il sera présenté à l'Assemblée Nationale.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.