[scald=62213:sdl_editor_representation]par Pascal Liétout

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Laurent Blanc a avoué connaître des inquiétudes concernant l'état de santé de plusieurs joueurs de l'équipe de France rassemblée mardi en vue des matches amicaux contre les Etats-Unis, vendredi, et la Belgique dans une semaine.

"On a encore quelques tracas", a reconnu le sélectionneur, en précisant que quatre membres de son groupe -Samir Nasri, Yohan Cabaye, Florent Malouda et Loïc Rémy- souffraient de divers maux.

Le cas le plus sérieux semble être celui de Samir Nasri. L'attaquant de Manchester City a des problèmes à un tendon rotulien et souffre également des dents, ce qui a nécessité une visite chez un dentiste parisien mardi matin.

Quant à la tendinite à un genou, "c'est une blessure qu'il avait déjà eue avec Arsenal et qui est délicate à soigner", a indiqué Laurent Blanc.

Le sélectionneur a ajouté que Cabaye (Newcastle), en délicatesse avec ses adducteurs, allait passer des examens, que Malouda (Chelsea) avait pris une béquille à une cuisse et que Rémy (Marseille) souffrait lui aussi des adducteurs.

Laurent Blanc a souligné qu'aucun de ces joueurs n'était pour l'instant forfait. "On va faire le point ce soir ou demain matin, et on verra alors s'il faut appeler un ou plusieurs renforts", a-t-il ajouté.

"Le Président" a insisté sur le fait qu'il pouvait faire reposer certains éléments vendredi contre les Etats-Unis et les aligner mardi prochain face à la Belgique.

ABIDAL ABSENT CONTRE LES ÉTATS-UNIS

On connait déjà le nom d'un absent pour le match de vendredi: l'arrière Eric Abidal a été laissé par Laurent Blanc à la disposition de son club, le FC Barcelone, qui joue en Coupe du roi mercredi. Il rejoindra le stage jeudi.

En contrepartie de ce geste de bonne volonté, le sélectionneur a obtenu de l'entraîneur du Barça, Pep Guardiola, que l'arrière gauche figure seulement parmi les remplaçants.

Laurent Blanc voit dans cette double confrontation au Stade de France l'occasion pour certains joueurs, dont le Montpelliérain Olivier Giroud, seul nouveau dans le groupe, de bousculer la hiérarchie.

Le sélectionneur considère d'un oeil un peu différent les deux matches, avec d'abord les Etats-Unis, formation modeste sur le plan international, puis "un match plus solide" contre la Belgique, dont il convient de se méfier, même si elle ne s'est pas qualifiée pour l'Euro.

Laurent Blanc n'a pas caché qu'il procéderait à une large revue d'effectif. "On se rapproche plutôt de deux compositions d'équipe différentes", a-t-il dit, en souhaitant "donner du temps de jeu à des jeunes joueurs ou à des joueurs qu'on n'a pas encore vus en match international."

"Ce n'est pas leur dernière chance, mais c'est une bonne chance pour eux de montrer ce dont ils sont capables", a ajouté le sélectionneur.

Plus généralement, il souhaite voir ses troupes, désormais débarrassées de la hantise de la qualification à l'Euro 2012, jouer plus libérées et davantage tenter.

"Il faut qu'ils lâchent les gaz, qu'ils montrent en sélection ce qu'ils font en club", a-t-il dit, en indiquant que le stage, le dernier digne de ce nom avant la préparation à l'Euro, devait servir avant tout à améliorer le jeu collectif.

"La France a de grandes individualités mais pas encore une grande équipe", a jugé récemment l'arrière gauche mythique du Milan AC, Paolo Maldini.

"Il a raison", a estimé Laurent Blanc.

Edité par Gilles Trequesser

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.