A l'entame de la 9e journée de Ligue 1, le constat est là : les stades ne font pas le plein. Performances ? Gabarit des stades ? L'élite du football cherche des solutions.

Le "nouveau" stade vélodrome, construit pour l'Euro 2016, pâtit d'une chute de fréquentation des matchs depuis le début de la saison. .
Le "nouveau" stade vélodrome, construit pour l'Euro 2016, pâtit d'une chute de fréquentation des matchs depuis le début de la saison. . © AFP / BORIS HORVAT

Après la trêve internationale, la Ligue 1 de foot est de retour. Mais si dans certains stades les spectateurs sont nombreux en tribunes, le championnat ne fait pas le plein. Loin de là, d’ailleurs, puisque la baisse enregistrée cette saison est de 5%. La MLS, la Major League Soccer aux Etats-Unis, fait mieux.

A Marseille notamment, la baisse est spectaculaire. Depuis qu'il a été coiffé d'un toit, c'est peut-être le plus beau stade de France. Mais aussi l'un des plus clairsemés… Il suffit de regarder le choc OM-OL : près de 24 000 spectateurs de moins au Vélodrome qu’une année auparavant pour le même match.

Ce qui n'étonne pas vraiment Dan et Nono, tous deux abonnés :

Dan : C'est fini, l'an dernier on était un groupe de quinze copains à être abonnés. Sur les quinze, il ne reste plus que moi.

Nono : Là c'est affolant, il y a vraiment dégun (personne) dans le stade !

En cause, les mauvais résultats, bien sûr. La baisse d'affluence à Marseille représente à elle seule les deux tiers de la baisse globale de fréquentation de toutes les enceintes de Ligue 1.

Effet "nouveau stade"

Mais les bonnes performances ne remplissent pas automatiquement les stades. Après plusieurs années compliquées, Bordeaux réalise un bon début de saison. Mais question fréquentation, le stade construit avant tout pour l’Euro ne fait pas le plein.

"Il n'y a pas eu d'effet nouveaux stade", regrette Romain Manci, l'un des responsables des Ultras Marine, la plus grande association de supporters suivant les Girondins. "Je suis surpris, oui. Il devrait être logique d'arriver à trouver 40 000 supporters des Girondins dans une métropole comme Bordeaux, dans une région aussi grande que la Nouvelle Aquitaine."

Face à ces difficultés, les clubs tentent de trouver des solutions. Montpellier doit tester des lignes de bus spécifiques pour emmener les supporters au stade. Caen multiplie les offres et les abonnements ciblés – familles, duo… – pour afficher un taux de remplissage dépassant les 80%.

Didier Quillot, le directeur général exécutif de la ligue, ne s'alarme pas pour autant : "Quand la performance sportive est là et que les clubs font preuve d'imagination en marketing, les résultats sont au rendez-vous."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.