Le véritable affrontement, la joute verbale haute en couleur qui marque toujours les élections présidentielles, la première en tout cas, a eu lieu hier entre François Hollande et Jean-François Copé.

Sur le plateau de «Des paroles et des actes, sur France 2, le candidat PS a sorti les griffes lorsque le secrétaire général de l’UMP a tenté de le prendre en défaut quant à son projet concernant le nucléaire.

Face à un Jean-François Copé qui agitait une carte de France, François Hollande a tenté à plusieurs reprises d’expliquer qu’il ne comptait pas fermer 24 réacteurs sur 58 mais juste une centrale, celle de Fessenheim.

Jean-François Copé et François Hollande

Jean-François Copé et François Hollande
Jean-François Copé et François Hollande © France Télévision

« Dire il y a trop d’étrangers ça veut dire qu’on veut expulser ceux qui sont en situation légale »

Le débat, tendu, a abordé ensuite l’immigration. Attaqué sur les supposée régularisations d'immigrés clandestins que le candidat PS voudrait faire, François Hollande a mis au défi Jean-François Copé de trouver « sous sa plume » ou « dans sa bouche » la moindre déclaration sur « des régularisations massives ».

François Hollande a promis que chaque année le Parlement aurait à fixer des quotas d'immigration économique. Il a également proposé de créer une brigade spécialisée de lutte contre les filières clandestines d'immigration et les passeurs.

François Hollande

« Il faut envoyer un signal aux grands patrons qui se fixent un salaire de plus d’un million »

François Hollande est revenu sur la polémique des deux derniers jours sur la taxation à 75% des revenus au delà d'un million d'euros. Il reconnait que cette mesure ne rapportera quasiment rien, mais le candidat PS défend le principe d'une mesure symbolique et « morale », qui vise avant tout à décourager, en période de crise, les grands patrons de s'octroyer des revenus supérieurs à 1 million d'euros.

François Hollande

Toujours à propos de cette mesure des 75%, François Hollande précise qu'elle ne sera pas plafonnée.

En revanche il promet un rétablissement de l'ISF dans sa version précédente. Dans ce cas, dit-il, il rétablirait également le plafond Rocard qui existait à l'époque de l'ancien ISF : plafonnement à 85% des revenus d’un contribuable (impôt sur le revenu et ISF).

Interrogé sur la mesure "de gauche" annoncée par Nicolas Sarkozy sur les exilés fiscaux français, François Hollande a expliquéqu'il voulait renégocier les conventions bilatérales entre la France et la Suisse, la Belgique et le Luxembourg. La différence selon le candidat PS est dans le fait que Nicolas Sarkozy vise uniquement les revenus du capital, contrairement à lui.

« L’essence peut représenter 16% des revenus d’un smicard »

François Hollande a précisé ce qu'il entendait faire contre la flambée du prix de l'essence : Blocage des prix pendant trois mois et redistribution aux consommateurs du surplus de TVA que l'Etat aura accumulé grâce à la hausse des prix.

François Hollande

François Hollande sur le plateau de "Des paroles et des actes"
François Hollande sur le plateau de "Des paroles et des actes" © France Télévision

« Je demande à ce qui veulent le changement de le rendre probable »

Pour la première fois depuis bien longtemps François Hollande n'est plus l'archi favori des sondages de premier tour. Certaines enquêtes le donnent devancé ou à touche-touche avec Nicolas Sarkozy.

A sa gauche Jean-Luc Mélenchon a le vent en poupe et grimpe dans les enquêtes d'opinion pour dépasser même les 10%, une cause de crispation pour François Hollande, qui invoque le vote utile. Car son objectif, il le répète, c'est d'être le plus haut possible le soir du 22 avril.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.