françois hollande au mali
françois hollande au mali © reuters

François Hollande est arrivé ce matin au Mali, pour une visite rapide en marge de l'opération Serval. Arrivé un peu avant 9h à Sévaré, le président français est désormais à Tombouctou, ville libérée cette semaine par les forces françaises et maliennes.

François Hollande est arrivé samedi au Mali pour une visite de quelques heures, trois semaines après le début de l'opération Serval menée conjointement par les forces maliennes et françaises contre les rebelles islamistes armés du nord du pays.

Il y a rappelé l'objectif de la mission française.

Le président français est arrivé en milieu de matinée à Tombouctou, une ville du Nord récemment reprise aux groupes islamistes par les forces françaises et maliennes, avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et le ministre chargé du Développement Pascal Canfin.

Tombouctou où François Hollande était très attendu, Antoine Giniaux.

Le président malien Dioncounda Traoré a lui aussi remercié la France.

Le président français, accompagné du président malien par intérim Dioncounda Traoré, doit notamment visiter une mosquée historique, le centre de conservation de précieux manuscrits anciens et rencontrer la foule. Sur la place principale de Tombouctou, des centaines de personnes sont déjà rassemblées pour "dire merci" à la France. La ville a été placée sous très haute surveillance.

Au cours de cette visite éclair, François Hollande devrait saluer les troupes françaises et encourager l'ouverture d'un dialogue politique entre Maliens.

Trois semaines après le début de l'opération Serval, le gouvernement français estime que l'intervention a "réussi" mais une nouvelle phase s'ouvre avec la recherche de djihadistes qui ont opéré un repli tactique dans les zones désertiques.

"Permettre que les Africains viennent le plus vite possible"

"Je vais au Mali demain pour dire à nos soldats tout notre soutien, tous nos encouragements, toute notre fierté", expliquait le président hier après l'annonce de son voyage.

"Je vais au Mali demain pour permettre que les Africains viennent le plus vite possible nous rejoindre et leur dire que nous avons besoin d'eux pour cette force internationale", a-t-il ajouté, précisant vouloir "un dialogue politique qui puisse permettre que le Mali, après avoir chassé les terroristes, puisse retrouver la stabilité et l'esprit de concorde."

Ecoutez le chef de l'État au micro de Cyril Graziani.

Le député UMP Pierre Lellouche, président du groupe Sahel à l'Assemblée, espère que ce voyage sera utile.

Les forces françaises et maliennes ont repris ces derniers jours les villes de Gao et Tombouctou, assurant le contrôle de l'ensemble de la boucle du Niger. L'armée française a également pris le contrôle de l'aéroport de la ville de Kidal dans la nuit de mardi à mercredi et remis en état l'aéroport de Tombouctou.

L'opération Serval mobilise 4.600 soldats français, dont 3.500 sur le sol malien. Ils sont secondés par un dispositif aérien comprenant des avions de chasse et des hélicoptères.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.