Le président a tenu un discours offensif sur le front de l'emploi, "première priorité" de son quinquennat mais a été avare d'annonces concrètes sur les moyens de redresser le pays, préférant évoquer un "effort juste" plutôt que la rigueur. Cyril Graziani

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.