Après son échec la semaine dernière, Franky Zapata a réussi son pari : traverser la Manche avec son "Flyboard" pour survoler la Manche. Pour la star du défilé du 14-juillet dernier, il s'agissait d'un défi autant sportif que technique.

Franky Zapata a réussi son exploit. La traversée de la Manche avec "Flyboard" a duré une vingtaine de minutes.
Franky Zapata a réussi son exploit. La traversée de la Manche avec "Flyboard" a duré une vingtaine de minutes. © AFP / DENIS CHARLET

Francky Zapata aurait préféré le symbole de sa première tentative. Il avait choisi le 25 juillet pour sa première tentative de traversée de la Manche. Soit 110 ans jour pour jour après l'exploit de Louis Blériot, premier aviateur à avoir effectuer cette liaison de 35 km entre la France et l'Angleterre. 

Le Marseillais de 40 ans est aussi un homme de persévérance. Après son échec le mois dernier, il est remonté sur sa machine volante ce dimanche matin. Il a décollé ce dimanche de la plage de Sangatte (Pas-de-Calais). Cette fois, aucun accroc durant la vingtaine de minutes qu'a duré la traversée du détroit. La vitesse de croisière a été de 160 km/h, a raconté Franky Zapata à son arrivée, très ému et fier de son exploit. 

Franky Zapata a surmonté la difficulté majeure de cette traversée, qui consistait à se poser sur la plateforme d'un bateau de ravitaillement en pleine mer. 

C'est la particularité de l'exploit de Franky Zapata : le décollage à la verticale comme ce dimanche à Sangatte.
C'est la particularité de l'exploit de Franky Zapata : le décollage à la verticale comme ce dimanche à Sangatte. © AFP / DENIS CHARLET

L'ancien champion de jet-ski a choisi un bateau plus grand pour pouvoir se poser dans des conditions moins périlleuses. Le kérosène que l'homme volant  embarque sur son dos ne lui permet qu'une dizaine de minutes d'autonomie. Il faut donc ravitailler, en pleine mer. C'est cette étape qui a fait capoter ses plans lors de la première tentative. 

Ce samedi, veille de son exploit, il se disait déjà confiant de ses chances de réussite. "On a vu, on a appris, les vents n'ont pas changé, je pense que ça devrait le faire", a-t-il déclaré en n'évitant pas de préciser qu'il redoutait un souci mécanique. D'ordinaire, Franky Zapata teste ses machines pendant plusieurs semaines avant des événements importants. Là il a fallu faire dans l'urgence : la machine est tout juste remontée, moins de 10 jours se sont écoulé depuis la première tentative. 

La raison aurait dû le pousser à attendre l'an prochain avant de retenter sa chance...

Sauf que Franky Zapata n'est pas un homme complètement raisonnable. "Je ne me sentais pas de "passer une année avec ça dans la tête. Si on ne passe pas, on recommencera, c'est sûr. Je traverserai quoi qu'il en soit" a précisé le Marseillais, grisé par ses souvenirs de son premier vol loin des côtes. 

Ce dimanche matin, il a réussi son pari. "L'homme volant" n'a certes pas réalisé son rêve d'enfant en étant recalé à la visite médicale pour devenir pilote d'hélicoptère, pour cause de daltonisme, mais il a fait mieux : il vole debout dans les airs, au dessus de la mer, en empruntant un moyen de transport inédit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.