Le G20 a pris acte de l'isolement américain, tout en réaffirmant le caractère "irréversible" de l'accord de Paris sur le climat. Macron propose un nouveau rendez-vous en décembre.

À Hambourg, les États-Unis de Donald Trump ont fait G20 à part sur la question du climat.
À Hambourg, les États-Unis de Donald Trump ont fait G20 à part sur la question du climat. © AFP / Patrick Stollarz

C'était un des grand enjeux de ce sommet des pays industrialisés à Hambourg. Le groupe des Vingt, qui représente 85 % du commerce international, les deux tiers de la population mondiale et plus de 90 % de la richesse mondiale, a trouvé un compromis sur le climat. Un compromis en forme de statu quo.

L'accord de Paris a été approuvé par l'ensemble des 195 délégations, dont les États-Unis de Barrack Obama, le 12 décembre 2015. Entré en vigueur le 4 novembre 2016, il prévoit une série d'objectifs précis et publics en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Mais à peine élu, Donald Trump est revenu sur les engagements de son prédécesseur, privilégiant les intérêts des États-Unis sous le slogan "America First" (L'Amérique en priorité). Et les réunions du jour, à Hambourg, n'ont eu d'autre résultat que de "prendre acte" d'une part de la sortie des Etats-Unis de ces accords et, parallèlement, de reconnaître leur caractère "irréversible".

Tout au plus peut-on lire, dans la déclaration finale du G20 que…

les États-Unis vont œuvrer pour travailler étroitement avec d'autres partenaires pour faciliter leur accès et leur utilisation plus propre et efficace des énergies fossiles, et les aider à déployer des énergies renouvelables et d'autres sources d'énergie propre.

En d'autres termes, alors que la COP21 s'est échinée à dessiner les contours d'une économie plus économe en carbone, le G20 reconnaît aux États-Unis un statut à part en la matière. Et pour cause : le pays est devenu en 2009 le premier producteur de gaz naturel au monde, essentiellement grâce à l'exploitation (très polluante) des hydrocarbures non conventionnels, le gaz de schiste notamment.

Un vrai G19 ou un faux G20 ?

C'est donc une situation inédite à laquelle on assiste : celle d'un G20 allégé d'un de ses membres, les États-Unis, dont on consent qu'il puisse suivre une voie individuelle, en se rassurant, comme l'a fait Angela Merkel : "Je me réjouis beaucoup que tous les autres chefs d'Etat et de gouvernement" s'en tiennent aux accords de Paris, a déclaré la chancelière allemande.

Vladimir Poutine, qui a jugé le compromis "optimal", a estimé en conclusion que "le travail là-dessus sera poursuivi".

Plus offensif, Emmanuel Macron, qui espérait encore samedi pouvoir "convaincre" Donald Trump, a annoncé un nouveau rendez-vous pour le 12 décembre prochain :

Un nouveau sommet afin de prendre de nouvelles actions pour le climat, notamment sur le plan financier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix