Le G7 pourrait aboutir à un accord à 6 + 1 sur le climat avec un Donald Trump faisant bande-à-part.

Le G7 se tient à La Malbaie au Canada
Le G7 se tient à La Malbaie au Canada © AFP / Alice Chiche

Le sommet du G7 au Canada s'achève dans d'ultimes tractations pour sauver les apparences voire réduire les fractures ouvertes par Donald Trump, qui aura déjà la tête à sa prochaine rencontre avec Kim Jong Un.  

Principal point litigieux, le commerce évidemment, lors de cette première réunion du G7 après l'entrée en vigueur de taxes américaines sur l'acier et l'aluminium importés.  

Précédé par des tweets rageurs sur les accords "injustes" qui plombent le commerce américain, Donald Trump a fait bonne figure pour la photo de famille et s'est fendu de quelques amabilités pour son hôte, le Premier ministre Justin Trudeau, et pour le président français Emmanuel Macron, son "ami".

Le climat avec Trump en solo

Après avoir assisté à un spectacle, les membres du G7 ne s'en sont pas pour autant retrouvés dans une ambiance totalement détendue. Les dernières négociations sur le climat ont échoué. La France et ses alliés réclament une mention de l'accord de Paris dans le communiqué final. Washington refuse cette mention. Sur le climat, il est probable qu'on aboutisse à un communiqué à 6 plus 1, avec un Trump isolé, selon un diplomate sur place. 

La présidence canadienne, qui abrite ce sommet, pourrait faire une déclaration finale qui acterait l'accord à 6 + 1 sur le climat et la rupture consommée entre les Etats-Unis et ses alliés.

Le commerce avec des réformes à venir

Sur le commerce les négociations sont encore en cours, mais les chefs d'état ne pensent pas que Trump pliera. Lors une réunion sur les décisions douanières américaines a été d'une rare vigueur selon l'Elysée.  Trump y a étalé la longue litanie de ses récriminations, estimant que les Américains sont traités injustement. Emmanuel Macron a défendu l'idée que ce sont les Etats-Unis qui sont plus fermés que l'Europe. 

Les négociateurs travaillent sur des formulations qui permettront de reconnaître le système international fondé sur les règles, ce que les Européens exigeaient, et qui ouvrent la voie à une réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), proposée notamment par Emmanuel Macron, selon certains sources citées par Reuters.  La France a "bon espoir" que cette notion soit reconnue par les "Sept".

Autre point de grande difficulté avec les Etats-Unis, la question du nucléaire iranien sera mentionnée dans le communiqué, d'une manière qui rend le texte acceptable pour tout le monde.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.