Le pays a connu sa première nuit calme après quatre jours de violences. Les tribunaux doivent faire face à un afflux de personnes à juger, certains ont même du ouvrir pendant la nuit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.