Quatrième jour de grève à Air France, qui dit assurer 90% de ses vols longs-courriers. Pourtant beaucoup de passagers n’embarquent pas : explications.

Des passagers d'Air France bloqués à l'aéroport de Marseille Provence, le premier jour de grève (27 juillet 2016)
Des passagers d'Air France bloqués à l'aéroport de Marseille Provence, le premier jour de grève (27 juillet 2016) © Reuters / Philippe Laurenson

A son quatrième jour de grève, la compagnie française estimait qu’elle pouvait quand même assurer à plus de 90 % ses vols longs courriers, 80 % de ses vols domestiques et 70 % de ses vols moyens courriers, lors de ce week-end de chassé-croisé où 150.000 personnes étaient attendues sur des avions de la compagnie.

Pourtant, malgré ces prévisions de trafic optimistes, certains voyageurs ne peuvent embarquer au dernier moment. Déjà, vendredi, 138 vols Air France ont été annulés à Roissy, parmi lesquels le vol Paris-Delhi annulé au dernier moment.

Faute de personnel naviguant suffisant, de nombreux avions partent remplis seulement aux deux tiers, avec des voyageurs qui ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent finalement pas embarquer.

Pas assez d’hôtesses et de stewards

Christophe Pillet, délégué du syndicat de stewards et hôtesses (personnels navigants commerciaux) SNPNC, explique :  "S’il n’y pas la composition équipage suffisante, pas suffisamment d’hôtesses et stewards à bord, on peut débarquer un certain nombre de passagers. Donc un certain nombre de vols partent, mais avec une capacité réduite de passagers".

Pour qu’un avion décolle, la règle est la suivante : une hôtesse et stewart par paire de portes, et par tranche de 50 passagers. Problème : sur les longs courriers, quasiment aucun vol ne part avec un équipage au complet.

De plus, Air France doit gérer pendant cette grêve des dizaines de milliers de déclaration de grévistes : la compagnie compte 13.000 stewards et hôtesses. Selon la direction, la moitié est en grève (près de 70% selon les syndicats).

Une montagne d'information à traiter

Avec les déclarations individuelles faites 48 h à l'avance, Air France établit ses plans de vols mais doit ensuite composer avec la réalité du nombre de personnel disponible pour embarquer: la moitié des personnels naviguants habitent en province, et peuvent eux-même avoir été bloqués par la grève. Avec quatre stewards et hôtesses, un vol long- courrier peut effectivement décoller…mais avec un tiers de passagers en moins : au moins 100 personnes qui ne pourront finalement pas voyager.

Un phénomène à la marge, assure la direction quand les syndicats estiment au contraire que la majeure partie des vols ne décollent pas au complet. Les familles avec enfants, les mineurs qui voyagent seul ou les personnes à mobilité réduite (ou avec une correspondance) sont prioritaires pour embarquer.

Dimanche, Air France prévoit d'assurer 90% de ses vols long-courriers, 80% de ses vols domestiques et 80% de ses vols moyen-courriers de et vers l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Dans un communiqué diffusé samedi à la mi-journée, la compagnie précise évaluer à 41% le taux de grévistes dimanche, après 42% annoncé pour samedi.

Air France: prévisions de trafic pour le 30 juillet
Air France: prévisions de trafic pour le 30 juillet © Radio France / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.