Après la démission de Xavier Emmanuelli, ce sont les équipes de l'urgence sociale qui protestent contre la suppression annoncée de 4500 places d'hébergements d'urgence d'ici la fin de l'année.

Christophe VINCENT

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.