Nombre de palmipèdes concernés, zone touchée, conséquences pour les éleveurs : tout ce qu’il faut savoir sur le plan massif d’abattage qui commence jeudi dans le Sud-Ouest.

L'abattage concerne 150 communes dans 4 départements du Sud-Ouest
L'abattage concerne 150 communes dans 4 départements du Sud-Ouest © Maxppp / Le Lievre Nicolas

A partir de jeudi et jusqu’au 20 janvier, un plan d’abattage massif de canards commence dans le Sud-Ouest dans l’espoir d’endiguer la grippe aviaire.

Quelle zone d’abattage ?

  • 150 communes réparties dans 4 départements : le Gers, les Landes, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques
  • Les élevages situés dans un rayon de 10 km autour d'un foyer de grippe aviaire
  • 4 abattoirs réquisitionnés autour des zones concernées

►►►CARTE | Grippe aviaire en France

Quels animaux sont concernés ?

La zone comprend un million de palmipèdes « en parcours », c’est-à-dire :

  • âgés de 3 à 13 semaines
  • élevés à l’air libre et exposés au passage des oiseaux sauvages transmetteurs du virus H5N8
  • appelés à être transportés pour être gavés

Des exceptions

  • Les poules, gallinacées, canetons élevés en intérieur
  • Les canards actuellement au gavage pour le foie gras
  • Les élevages qui assurent l’intégralité du cycle de production (de la naissance à la conserve) en respectant les règles de biosécurité

Quel impact financier pour les éleveurs ?

  • Le transport vers l’abattoir et l’abattage en lui-même sont pris en charge par l’Etat.
  • Les pertes liées à l’arrêt de la production pourront être indemnisées dans des conditions fixées « lorsque la situation sera stabilisée », promet le ministère de l’Agriculture.

Retour du vide sanitaire

Ce plan d'abattage qui prendra fin le 20 janvier devrait être suivi d'un nouveau vide sanitaire dont le ministère n'a pas précisé la durée. Le même dispositif qu'au début de l'année 2016 : les exploitations de 18 départements avaient été progressivement vidées puis nettoyées de fond en comble au printemps, alors que le pic de l'épizootie était déjà passé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.