par Michaël Chouquet

NOVI SAD, Serbie (Reuters) - Avant même d'entamer son ultime match du tour préliminaire vendredi à Novi Sad, en Serbie, la France a décroché son billet pour le tour principal du championnat d'Europe de handball mais sa défaite logique contre la Hongrie (26-23) compromet ses chances de disputer les demi-finales.

Avec leur deuxième défaite en trois matches, les Bleus abordent le tour principal avec zéro point puisque seuls les points obtenus contre les autres qualifiés sont retenus.

Un peu plus tôt, la victoire de l'Espagne contre la Russie (30-27) assurait à la France comme à la Hongrie de poursuivre leur parcours.

Les trois prochains adversaires de l'équipe de France seront la Croatie, la Norvège et la surprenante Slovaquie, tombeuse de l'Islande, finaliste des Jeux olympiques en 2008 contre la France.

Un sans-faute ne suffira peut-être même pas aux "Experts", champions d'Europe, du monde et olympiques en titre, pour se qualifier dans le dernier carré de l'Euro.

Cette deuxième défaite en trois matches confirme les énormes lacunes actuelles du collectif français. La défense comme l'attaque ont souffert et les individualités françaises ont été poussives. Le niveau actuel est très loin de celui d'un demi-finaliste de l'Euro et Claude Onesta ne l'ignore pas.

Le manager français a d'ailleurs piqué une grosse colère lorsque la Hongrie a remonté deux buts de retard en infériorité numérique (16-16).

La Hongrie a ensuite fait la course en tête pendant les 12 dernières minutes, dans une ambiance folle.

DUEL DE GARDIENS

Le principal motif d'inquiétude d'Onesta, la continuité en attaque, reste d'actualité. Les arrières français n'ont pas souvent trouvé le chemin des buts.

La stratégie française consistant à fixer le centre de la défense hongroise pour trouver des solutions écartées a rarement fonctionné.

Dans une salle enfiévrée par les nombreux supporters hongrois, débarqués en voisins pour mettre une pression incroyable, les Français ont vécu une soirée très inconfortable.

Le match a proposé un spectaculaire duel de gardiens entre un Nandor Fazekas exceptionnel et tenant largement tête à Thierry Omeyer (17 parades).

La forme retrouvée du meilleur gardien du monde a masqué les faiblesses du secteur central où Didier Dinart et Bertrand Gille ont énormément souffert face à Szabolcs Zubai (six buts).

Après un début idéal des tricolores (3-0), l'écart n'a jamais augmenté, les Experts regagnant le vestiaire avec une courte avance (14-12) avant de sombrer.

La défense dense et haute des Hongrois a compliqué la production des arrières français. Xavier Barachet a tout juste tiré son épingle du jeu (cinq buts) après un début de tournoi timide.

Cette fois, Nikola Karabatic a commencé le match mais n'a pas eu de réussite au tir. Son apport en défense a été plus intéressant.

Désormais titulaire de l'aile gauche à la suite du forfait de Michael Guigou, rentré en France, Arnaud Bingo a continué sur sa lancée du match précédent (quatre buts). Mais cela n'a pas été suffisant.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Guy Kerivel

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.