VALOGNES (MANCHE) (Reuters) - De violents affrontements ont opposé mercredi forces de l'ordre et militants antinucléaires venus protester contre un convoi ferroviaire de déchets radioactifs qui doit quitter la Manche pour rejoindre l'Allemagne.

Regroupés au sein du Collectif Stop Castor, du nom des emballages contenant les déchets nucléaires, quelques centaines de militants ont tenté d'occuper les voies ferrées à quelques kilomètres de Valognes et se sont heurtés aux forces de l'ordre qui les ont repoussés à l'aide de grenades lacrymogènes.

Des accrochages entre CRS et manifestants se sont produits sur des prairies bordant les voies ferrées, sans faire de blessés. Cinq militants ont été interpellés.

Les manifestants se sont ensuite dispersés dans la campagne normande en petits groupes pour tenter d'approcher les voies qui ont été interdites à toute circulation SNCF sur 70 km.

Depuis quelques jours, les abords de la gare de Valognes d'où doit partir ce mercredi à 14H20 un convoi de déchets hautement radioactifs à destination de Gorleben, en Allemagne, sont sous haute surveillance. Mercredi matin, ils étaient interdits à toute circulation de véhicules.

Ce convoi de déchets nucléaires retraités à La Hague par Areva est le dernier des douze convois de déchets allemands hautement radioactifs destinés à rejoindre leur pays d'origine. Les autres convois ont également donné lieu à des manifestations et parfois à des affrontements avec la police.

Le collectif Stop Castor, sans porte-parole, se décrit comme un groupement de citoyens "indignés" par la politique nucléaire suivie par le gouvernement.

"Ce mouvement, c'est l'indignation de gens qui ont conscience de la dangerosité du nucléaire et qui rejettent une politique suivie seulement pour le profit de quelques entreprises", a déclaré un enseignant de 60 ans venu de Rennes.

Regroupés depuis le début de la semaine dans un campement installé dans une petite commune à quelques kilomètres de Valognes, ces militants ont annoncé leur intention de tenter de bloquer le convoi jusqu'à l'heure de départ prévu.

Pierre-Henri Allain, édité par Yves Clarisse

Mots-clés:

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.