"L'élimination " est la version écrite de la confrontation avec le bourreau Duch. Contrairement au film, le livre mêle l'histoire personnelle de Rithy Panh et l'Histoire avec un grand H. Une oeuvre sur la question du mal, et un livre qui fait aussi revivre des figures aimées...et détruites.

Dans la lignée de "Si c'est un homme" de Primo Levi.

Rithy Panh et Christophe Bataille
Rithy Panh et Christophe Bataille © Rithy Panh - Christophe Bataille - Grasset

"J'étais sans famille. J'étais sans nom. J'étais sans visage. Ainsi je suis resté vivant car je n'étais plus rien." A 13 ans, Rithy Panh perd toute sa famille, emportée par la cruauté et la folie khmère rouge. Dès lors il ne fait plus que survivre.

Contrairement au film, où le spectateur est seul juge, Rithy Panh s'interroge et cherche à comprendre: qu'est ce qui fait que Duch est finalement un être si humain? Il explique les coulisses du face à face, ses réponses au bourreau, et les sentiments qu'il éprouve. "C'est le silence qui blesse" écrit Rithy Panh. Par la voix de Duch, et par la sienne propre, il brise le silence.

Rithy Panh écrivain travaille comme Rithy Panh cinéaste: avec des partenaires. Pour "L'élimination", il s'est adjoint le talent du romancier Christophe Bataille.

Duch a été condamné à 35 ans de prison. Il a fait appel. A l'auteur qui le questionne sur le centre de torture S-21 il répond: "S-21, c'est la fin. plus la peine de prier, ce sont déjà des cadavres." Une phrase citée dès la première page du livre. Et une phrase suivie de ces mots de Rithy Panh: "Je suis en paix"

Photos DP 3  film Rithy Panh "Duch, maitre des forges..."
Photos DP 3 film Rithy Panh "Duch, maitre des forges..." © Les Acacias
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.