[scald=45127:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande a expliqué dimanche qu'il avait choisi de ne pas se rendre à l'édition 2011 de la Fête de l'Humanité parce qu'il estime que ce n'est "pas sa place".

Trois autres candidats à la primaire socialiste - Arnaud Montebourg, Ségolène Royal et Martine Aubry - se sont rendus samedi à la traditionnelle fête du Parti communiste, où ils ont rencontré Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle et potentiel allié d'un gouvernement de gauche après l'élection présidentielle de 2012.

"Cette année j'ai considéré que ce n'était pas ma place", a dit François Hollande à l'émission Radio France Politique.

Le député de Corrèze se trouvait en Corse samedi.

"Moi je suis candidat à la candidature pour devenir, je l'espère, le candidat du Parti socialiste, à partir de là je ne suis pas pour rechercher un adoubement", a-t-il expliqué.

François Hollande a rappelé avoir assisté pour la première fois à la "Fête de l'Huma" à l'âge de 15 ans, et chaque année lorsqu'il était premier secrétaire du PS.

Jean-Luc Mélenchon a regretté son absence devant la presse.

"C'est pas une bonne idée de sa part d'avoir contourné la fête de l'Humanité. Quand on est à gauche le jour de la fête de l'Humanité", on est à la Fête de l'Humanité", a-t-il considéré.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.