François Hollande avec Mahmoud Abbas
François Hollande avec Mahmoud Abbas © Reuters

Arrivé ce matin en territoire palestinien, François Hollande s'est d'abord rendu à Jérusalem Est, puis à Ramallah où il s'est entretenu avec Mahmoud Abbas.

Le président français a appelé devant le Parlement israélien à un partage de Jérusalem, entre deux Etats, israélien et palestinien.

François Hollande s'est ensuite rendu devant la Knesset, le Parlement israélien.

Dans son jeu, le président français avait deux cartes : la demande d'un arrêt total et définitif de la colonisation et le maintien des sanctions contre l'Iran et son projet d'arme nucléaire.

Arrêt total et définitif de la colonisation

Le président français s'est d'abord rendu à Jérusalem Est, puis à Ramallah où il s'est entretenu avec Mahmoud Abbas, le président palestinien.

François Hollande a réclamé l'arrêt "total et définitif " de la colonisation par Israël dans les Territoires occupés.

La position de la France est connue. C'est un règlement négocié pour que les Etats d'Israël et de Palestine, ayant tous deux Jérusalem pour capitale, puissent coexister en paix et en sécurité. (François Hollande)

François Hollande a également tenu à s'incliner devant le mausolée où repose Yasser Arafat. Un geste hautement symbolique.

La journée de François Hollande en Israël, avec Luc Lemonnier

Le Chef de l’Etat s’est aussi exprimé en arabe :"Je témoigne de l'amitié entre la France et la Palestine ". La veille, il avait prononcé la même phrase en hébreu à son arrivée à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv.

L'Iran

Autre déclaration du président français : le maintien des sanctions contre l'Iran jusqu'à ce que le pays "renonce définitivement à son programme militaire " nucléaire.

La France ne laissera pas l'Iran se doter de l'arme nucléaire. J'affirme ici que nous maintiendrons les sanctions tant que nous n'aurons pas la certitude du renoncement définitif de l'Iran à son programme militaire. (François Hollande)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.