[scald=100233:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande, dont le projet d'imposer à 75% les hauts revenus suscite la grogne des footballeurs professionnels français, a invité dimanche les dirigeants de clubs à faire "un peu le ménage" pour modérer des rémunérations "astronomiques".

"Que les dirigeants de football fassent aussi un peu le ménage: a-t-on un niveau de championnat qui justifie des salaires aussi astronomiques?", a déclaré sur France 3 le candidat socialiste à l'élection présidentielle.

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Frédéric Thiriez, estime que la "surtaxe Hollande" porte en germes "la mort du football français" et provoquera l'exode de 120 à 150 joueurs de talent - soit le quart des effectifs de la Ligue 1.

Réponse de François Hollande : "J'ai appris que l'entraîneur ou le directeur sportif du PSG (Carlo Ancelotti, NDLR) touchait 6 millions d'euros par an: est-ce que le PSG - bonne équipe pour laquelle j'ai de la sympathie - a des résultats tels que son entraîneur devrait être payé autant?".

"Est-ce que vous pensez que les Qataris, qui possèdent le club en question, vont se retirer d'un coup parce qu'il y aura une sorte de moralisation qui sera demandée?", a-t-il poursuivi.

"J'ai beaucoup de reconnaissance à l'égard des sportifs et des artistes parce qu'ils servent notre pays. Une façon de servir notre pays, c'est de montrer l'exemple", a souligné François Hollande.

Invité de Radio J, Jérôme Cahuzac, chargé du budget dans l'équipe de campagne du candidat socialiste, a estimé qu'une surtaxe de 75% constituait plus une mesure "sociétale" que fiscale.

"Elle n'est pas de nature fiscale, car son rendement sera faible, s'il n'est pas nul", a déclaré le président socialiste de la Commission des Finances, qui avait semblé pris de court lundi par l'annonce de François Hollande.

"Son rendement sera très faible, raison pour laquelle ce n'est pas une mesure fiscale, ce qui explique que j'y ai pas été initialement associé, ce qui n'a rigoureusement rien de choquant", a-t-il expliqué.

"En 2010, les dirigeants du CAC 40 se sont augmentés de 34%. Cette année-là, le pouvoir d'achat par unité de consommation des Français a progressé de 0,1%. Est-il normal qu'une partie de nos concitoyens voie son niveau de vie progresser 340 fois plus que la moyenne de nos concitoyens?", s'est interrogé le député.

Quant aux rémunérations des sportifs de haut niveau, il a précisé avoir "toujours mal compris que ces revenus tout à fait considérables bénéficient d'une fiscalité exagérément favorable".

Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.