Suite à la disparition de Pierre Bouteiller, France Inter rend hommage à l’une des plus grandes voix de la Radio.

Pierre Bouteiller en 1991 alors Directeur des Programmes de France Inter
Pierre Bouteiller en 1991 alors Directeur des Programmes de France Inter © AFP / Mathilde de l'Ecotais

Pendant plus de trente ans, à France Inter et à France Musique, il a animé des émissions mythiques qui ont séduit par leur liberté, leur humour et leur exigence.

►►► Pierre Bouteiller sur l’antenne aujourd’hui et cette Nuit

« Pierre Bouteiller était un homme plein d’humour et de culture, profondément libre, passionné de jazz, qui a imaginé et animé à la radio et à la télévision des émissions mythiques, qui ont marqué l’histoire de nos médias. Epicurien et ouvert, c’est une grande voix de Radio France qui s’éteint. Son esprit et sa générosité ont fortement contribué à façonner pendant plusieurs décennies l’identité de France Inter et de France Musique », souligne le Président Mathieu Gallet.

Pierre Bouteiller est né en 1934 à Angers dans une famille de banquier. Très tôt, fervent auditeur de la radio, il devient passionné de musique et pratique le piano.

Arrivé à Paris, il commence des études de psychologie à la Sorbonne. Assidu de l’émission d’Europe 1,Pour ceux qui aiment le jazz, il remporte, en 1958, le concours de La Coupe des reporters et gagne le droit d’être stagiaire au « journal parlé ». Petit à petit, il se spécialise dans les sujets culturels. En 1968, il anime une émission quotidienne Je sors pour vous. Il est renvoyé quelques mois plus tard après avoir diffusé un gag dans lequel Henri Tisot imite le général de Gaulle.

Roland Dhordain l'embauche alors à France Inter. Il présente alors plusieurs émissions quotidiennes : Embouteillage, Le magazine de Pierre Bouteiller, Au bénéfice du doute, Comme de bien entendu.

En 1982, il succède à François-Régis Bastide à la présentation du Masque et la Plume. Il entend alors élargir les thèmes de l'émission à la chanson, la mode et la musique.

En 1989, il laisse les rênes du Masque et la plume à Jérôme Garcin et devient directeur des programmes de France Inter (jusqu'en 1994). On lui doit notamment le retour de Bernard Lenoir.

Pierre Bouteiller donne aussi sa chance à Laurent Ruquier avec Rien à cirer. C'est aussi l'époque de Synergie de Jean-Luc Hees, de la sympathique bande de Gérard Lefort et l'émission Passées les bornes, il n'y a plus de limite.

1996 est l'année du changement pour Pierre Bouteiller. Les auditeurs auront le bonheur de retrouver à l’antenne, sa voix, son érudition, son humour et son célèbre "bonjour". Chaque matin à 9h, s'ouvre Quoi qu'il en soit, un magazine culturel, dont le générique est un écho du tropisme de Pierre Bouteiller pour le jazz : Girl Talk de et par Neal Hefti. Générique qui habillera plus tard l'émission Si bémol et fadaises qu'il animera sur TSF Jazz.

Aller plus loin :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.