par Edmund Blair et Dina Zayed

LE CAIRE (Reuters) - L'ancien président égyptien Hosni Moubarak a été condamné samedi à la prison à vie pour avoir donné l'ordre de tirer à balles réelles sur les manifestants pendant la "révolution du Nil" au début de l'année 2011.

Le procureur général a ordonné le transfert de l'ancien "raïs" à la prison de Tora au Caire, selon l'agence de presse d'Etat.Habib al Adli, son ancien ministre de l'Intérieur, a également été condamné à la prison à vie. Les deux fils de l'ancien "raïs", Alaa et Gama, ont été eux acquittés, les faits de corruption qui pesaient contre eux étant considérés comme prescrits.Au Caire, le reportage de Vanessa Descouraux

1 min

E verdict Moubarak

Des échauffourées ont éclaté au tribunal du Caire après l'énoncé du verdict qui a condamné Hosni Moubarak à la prison à vie, et non à la peine de mort. L'ancien chef d'Etat égyptien était présent sur une civière au tribunal et portait des lunettes de soleil. "Le peuple veut que le pouvoir judiciaire soit nettoyé", ont scandé au milieu d'une cohue des gens à l'intérieur de l'enceinte de l'école de police dans la périphérie du Caire, où était prononcé le jugement. A l'extérieur du bâtiment, des opposants à l'ancien "raïs" criaient "Dieu est grand".

Aux abords de la place Tahrir, des manifestations ont éclaté. Les précisions de Vanessa Descouraux

51 sec

P Tahrir/ et ses manifestants

Soha Said, femme d'une victime de la "Révolution du Nil" en janvier 2011, criait "je suis si heureuse, je suis si heureuse".

L'ancien "raïs", âgé de 84 ans, était passible de la peine de mort par pendaison. Le procès pourrait également être prolongé de plusieurs années par de possibles appels.Ce verdict intervient deux semaines avant le second tour de l'élection présidentielle, qui verra s'affronter Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans, et Ahmed Chafik, le dernier Premier ministre d'Hosni Moubarak.En cas de redoublement des violences, le jugement pourrait mettre en position de force Ahmed Chafik et son programme sécuritaire.Hosni Moubarak et les autres accusés ont été jugés par un tribunal ordinaire tandis que 12.000 civils ont dû faire face à des tribunaux militaires en vertu de l'Etat d'urgence en vigueur depuis 1981 et seulement levé samedi.Le procès de l'ancien "raïs" et des autres accusés a concerné uniquement la période de six jours qui a suivi le début de la révolution le 25 janvier 2011.Au cours du procès, Hosni Moubarak s'était contenté de confirmer son identité et avait nié les accusations.Le procès, qui avait commencé le 3 août et mené sans que les lois et les institutions égyptiennes aient été réformées, est devenu représentatif des imprécisions de la transition menée par l'armée.Le procureur général, qui avait été nommé par Hosni Moubarak, avait accusé le ministère de l'Intérieur, qui assume les rôles d'enquêteur et d'accusé, de ne pas coopérer. Les avocats des accusés ont soutenu qu'Hosni Moubarak et son ministre de l'intérieur n'étaient pas coupables de toutes les accusations. Julien Dury et Benjamin Massot pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.