Les dernières troupes combattantes françaises présentes en Afghanistan ont quitté samedi Kaboul conformément au calendrier de retrait accéléré annoncé par le président François Hollande, a-t-on appris auprès du chef d'état-major des armées.

Quelque 200 militaires, en grande partie membres du 35e régiment d'infanterie de Belfort qui étaient chargés de couvrir le désengagement français, ont décollé de l'aéroport de Kaboul samedi matin, a déclaré à Reuters le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées françaises.

Il reste désormais 1.500 soldats français en Afghanistan dont 1.000 seront chargés de rapatrier les véhicules et les conteneurs avant de quitter à leur tour le pays d'ici l'été prochain, a-t-il précisé.

Les cinq cents militaires restants seront chargés d'assurer la formation de l'armée afghane ou seront affectés à l'hôpital militaire de Kaboul jusqu'au retrait de la totalité des troupes étrangères d'Afghanistan fin 2014, a-t-il ajouté.

Une promesse de François Hollande

Peu après son élection à la présidence française en mai, François Hollande avait affirmé lors d'une visite à Kaboul sa volonté de retirer les troupes combattantes d'ici la fin 2012, avec deux ans d'avance sur le calendrier prévu par l'Otan.

La France, présente en Afghanistan depuis le début de l'intervention américaine fin 2001 pour déloger les taliban au pouvoir, a compté jusqu'à 3.600 hommes sur un contingent total de 130.000 militaires présents au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) sous commandement de l'Otan.

Quatre-vingt-huit soldats français sont morts dans le cadre d'opérations menées en Afghanistan en onze ans de présence dans le pays depuis 2001.

La plupart des troupes étrangères quitteront l'Afghanistan d'ici la fin 2014 et laisseront la sécurité aux mains des forces armées et de police afghanes, qui comptent quelque 350.000 hommes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.