La fin du volet américain de l'affaire ? Les avocats de Dominique Strauss-Kahn retournent au tribunal à New York et espérant clore définitivement par un accord financier les poursuites de la femme de chambre qui l'avait accusé d'agression sexuelle en mai 2011, un scandale aux retombées internationales.

Nafissatou Diallo, 33 ans, et ses avocats sont attendus à l'audience prévue à 19h, heure française. L'audience ne devrait durer qu'une demi-heure selon Douglas McKeon, le juge en charge du dossier. La présence de l'ancien patron du FMI n'a pas été exigée. On devrait en savoir plus sur les négociations priovées menées depuis plusieurs mois.

Il paie, elle encaisse par Fabienne Sintes

### Combien ?

On ne le saura sans doute jamais comme souvent dans ce type de négociations. L'avocat de DSK William Taylor a qualifié de "complètement fausses" des informations selon lesquelles DSK aurait accepté de payer six millions de dollars à la femme de chambre guinéenne.

Les accords financiers, qui mettent fin aux poursuites civiles, sont fréquents aux Etats-Unis. Ils évitent un procès long et coûteux. S'ils ne sont pas un aveu de culpabilité, ils évitent aussi à l'accusé d'avoir à donner sa version des faits.

En 19 mois, DSK a perdu toute ambition présidentielle, son couple est entre parenthèse : si l'accord est finalisé, il en aura fini avec la justice américaine. La procédure pénale avait été abandonnée le 23 août 2011, le procureur doutant de Mme Diallo en raison de mensonges sur son passé.

Depuis qu'elle a accusé DSK de l'avoir contrainte à une fellation dans sa suite du Sofitel le 14 mai 2011, la femme de chambre est en congé maladie. DSK, qui a reconnu une brève relation sexuelle, mais selon lui sans violence ni contrainte a créé récemment une société de conseil à Paris, et participé à plusieurs conférences à l'étranger. Il reste mis en examen en France pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire dite du Carlton.

Les leçons à tirer de l'arrangement financier par Fabienne Sintes

> Dossier spécial : les trois premiers mois de l'affaire DSK

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.