Marignane
Marignane © IDE

La police municipale de Marignane avait signalé il y a dix jours la présence d'"un drapeau salafiste" sur le toit d’une maison situe dans la périphérie de la ville.

C’est dans ce pavillon, située quartier résidentiel et tranquille, que deux jeunes âgés de 18 et 20 ans, ont été interpellés tôt ce matin par les policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans le cadre d'une enquête à caractère terroriste.

Ils ont été placés en garde à vue et la maison, qui est en fait celle du père d’un des deux jeunes, a été perquisitionnée durant toute la matinée. Une fouille décrite comme "fructueuse" par les enquêteurs.

Les interpellations ont eu lieu dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte fin février pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes". Les deux jeunes étaient "surveillés" sur internet depuis novembre 2012 suite à des messages "jihadistes". Selon la DCRI, ils auraient notamment posté "une vingtaine de vidéos jihadistes", et se seraient mis en scène en "jihadistes" sur leur page Facebook posant avec des armes, on ignore s'il elles étaient vraies ou factices..

Récemment ils avant "manifesté l’intention de se procurer des armes et des éléments entrant dans la fabrication d'explosifs" selon l'Intérieur, ce qui a nécessité une intervention rapide.

Selon les enquêteurs les deux suspects semblent avoir agit seuls. Ils seraient "un peu illuminés".

Le grand frère de l’un des deux jeunes, accouru sur place après avoir reconnu le domicile de son cadet à la télévision, a affirmé que son frère n’était en aucun cas un terrorise. Selon lui il se contentait de regarder des vidéos. Il l’aurait fait, selon lui, pour se faire remarquer, selon lui.

Les deux suspects ont été placés en garde à vue, qui peut durer quatre jours en matière de terrorisme.

Les explications de Sara Ghibaudo

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.