L’incendie, qui a déjà parcouru 3.300 hectares de garrigue et fait plusieurs blessés, est toujours actif au nord de Marseille mais ne progresse plus.

Le feu a déjà ravagé 3.300 hectares de garrigue dans les Bouches-du-Rhône
Le feu a déjà ravagé 3.300 hectares de garrigue dans les Bouches-du-Rhône © AFP / Boris Horvat

Après une nuit difficile pour les 1800 pompiers mobilisés, deux secteurs posaient encore problème ce jeudi matin : à Vitrolles et aux Pennes-Mirabeau, dans le nord de Marseille, où le feu est encore actif mais ne progresse plus. Les différents feux sont "totalement sous contrôle", selon le directeur du ‎Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) des Bouches-du-Rhône. 700 pompiers supplémentaires ont été appelés en renfort.

Conditions plus favorables

La nuit a permis de combattre le feu plus facilement, grâce à l’humidité, à la baisse des températures et à la chute du mistral, qui soufflait jusqu’à 100 km/h mercredi soir. Les pompiers craignent cependant la reprise du vent annoncée pour l'après-midi. Le département des Bouches-du-Rhône est encore placé en vigilance jaune aux vents violents par Météo France. Des vents qui "exposent aux risques de reprises", s’inquiète la préfecture, alors que la sécheresse de la végétation est "sujet de préoccupation". "La sécheresse de ces derniers mois et le mistral ont été un cocktail explosif", selon Richard Mallié, le président du Sdis. "Le feu a progressé à une vitesse phénoménale de 2.500 mètres à l'heure".

A l’aube, en plus des pompiers, cinq Canadairs ont repris leurs largages sur les différentes zones de feu, qui a déjà brûlé 3.300 hectares dans les Bouches-du-Rhône.

Bilan provisoire

Le résumé de la situation des incendies dans les Bouches-du-Rhône ce jeudi matin
Le résumé de la situation des incendies dans les Bouches-du-Rhône ce jeudi matin © Visactu

Parmi les civils, l’incendie a fait trois blessés par brûlures, dont un grave. Quatre pompiers ont également été blessés, dont trois grièvement, alors qu'ils luttaient contre les flammes dans l'Hérault, a annoncé jeudi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Environ 500 personnes en tout ont dû êtres hébergées pour la nuit.

Selon un communiqué des pompiers, de nombreuses habitations ont été endommagées, dont plus d'une vingtaine de maisons brûlées dans le secteur de Vitrolles, ainsi que quelques bâtiments industriels. Le maire de Vitrolles a également annoncé qu'une école avait été touchée par les flammes dans la nuit.

Un homme interpellé

Un homme a été interpellé mercredi après-midi à proximité d'un départ de feu à Vitrolles, en marge du grand incendie parti de Rognac, a-t-on appris jeudi auprès du parquet d'Aix-en-Provence, alors qu'il était en train de prendre des photos d'un sinistre. Il a été placé en garde à vue. A la question de savoir s'il s'agissait d'un incendie criminel, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a estimé qu'il était trop tôt pour le dire. La Sûreté départementale, unité opérationnelle de la Sécurité publique (DDSP) des Bouches-du-Rhône, a été chargée de l'enquête.