Selon le 3ème rapport annuel de l'Observatoire des inégalités, les écarts de niveaux de vie n'explosent pas en France, mais certaines classes sociales s'éloignent de plus en plus. Un clivage qui concerne des masses importantes de la population, et pas seulement les 1% les plus riches versus les 1% les plus pauvres.

Revenus, patrimoine, éducation, mode de vie...Le rapport annuel de l'observatoire des inégalités balaye quelques idées reçues.
Revenus, patrimoine, éducation, mode de vie...Le rapport annuel de l'observatoire des inégalités balaye quelques idées reçues. © Observatoire des inégalités

La France pays inégalitaire... Oui mais de quelle manière, au juste? Depuis trois ans, l'Observatoire des inégalités composé d'experts et de chercheurs tente de démonter les clichés, remettre quelques pendules à l'heure sur un sujet complexe. Son rapport annuel est publié aujourd'hui, basé sur les chiffres de l'Insee de 2016.

Tour de passe-passe social pour les 10% les plus riches

Certes, comme la Suisse, la France est l'un des pays où les 1% sont...les plus riches ! Mais le crédo du "tous contre les supers riches" cache un "tour de passe-passe" de plus en plus problématique, explique Louis Maurin le directeur de l'observatoire des inégalités. Car ce sont en fait les 10% les plus aisés qui refusent - consciemment ou inconsciemment - de regarder la réalité en face.

Les classes aisées se travestissent, se déguisent en classe moyenne supérieure, avec un discours très répandu : il y a plus riche que moi. Ce qui les exonère en quelque sorte de participer plus activement à la solidarité. Mais lorsque vous gagnez pour une personne seule plus de 3 200 euros par mois impôts déduits, vous faites partie des 10% les plus aisés de la population.

Elitisme scolaire et différences de modes de vie creusent les écarts

Une catégorie sociale qui bénéficie par ailleurs de revenus du patrimoine importants et qui récupère à elle seule 23% du "gâteau" total des revenus. Les 10% les plus pauvres eux gagnent près de 9 fois moins. Parmi eux : 5 millions de personnes vivent avec moins de 850 euros par mois. Ce sont ces deux visages de la société qui s'éloignent progressivement.

On n'assiste pas à une explosion des inégalités mais ces deux parties de la population se séparent. Il faut aussi ajouter à cet éloignement les enjeux d'éducation, de mode de vie et de sécurité de l'emploi. Le fait de savoir quel sera votre avenir...est absolument essentiel. 

Les niveaux scolaires sont très hétérogènes selon le niveau social. En CE2, les élèves les moins favorisés obtiennent une note moyenne de 57 sur 100 en français et 58 en mathématiques. Les plus favorisés ont des scores respectivement de 87 et 85, précise le rapport. Des écarts qui se creusent encore dans l'enseignement supérieur. 

Des inégalités aggravées avec la montée en puissance de nouvelles formes de précarité, et notamment tous ces travailleurs indépendants utilisant les plateformes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.