Grande première à l’opéra de Vienne ! Alors que l’institution, réputée dans le monde entier, fête cette année ses 150 ans, elle accueille ce dimanche soir 8 décembre pour la première fois un opéra composé par une femme. Inouï !

La compositrice Olga Neuwirth
La compositrice Olga Neuwirth © AFP / JOE KLAMAR / AFP

Cette oeuvre s'appelle Orlando et c' est l’autrichienne Olga Neuwirth qui l'a composée. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme de Virginia Woolf, publié en 1928, mais toujours aussi moderne aujourd’hui. 

Olga Neuwirth ne boude pas son plaisir d’être la première femme à composer un opéra pour le célèbre Wiener Staatsoper mais elle n’oublie pas l'indifférence avec laquelle les œuvres de compositrices ont été traitées jusqu'à présent. Le mythique opéra de Vienne, lui, aura attendu 150 ans, avant que ne vienne siffler aux oreilles de son public, les phrases musicales imaginées par une femme. Olga Neuwirth argumente sereinement pour expliquer cette surdité :  "Le monde de la musique classique est très conservateur, c’est un monde où on fait difficilement confiance, surtout aux femmes compositrices donc j’espère que les choses vont changer car il est temps", dit-elle à Isaure Hiace pour France Inter. 

La compositrice, âgée de 51 ans, a répondu à une commande, et profité de l'occasion pour bousculer les codes et les vieilles habitudes. "J’ai eu envie de bousculer un peu cette institution. Les systèmes prennent fin et quand on arrive à cette fin, on peut donner aux choses une direction différente, et plus d’ouverture". 

Elle a donc choisi une oeuvre littéraire comme base d'inspiration.  Orlando, de Virginia Woolf, a marqué sa propre jeunesse et ses propres réflexions sur la place des femmes, et des hommes, dans la société. Dans Orlando, on suit un héros atypique qui traverse les siècles et se réveille un beau jour, en femme. Cette œuvre questionne l’identité et le genre : "Woolf remet en cause le système binaire hommes -femmes et ouvre la question de la fluidité du genre. Ce sujet est important car il y a de nouveau aujourd’hui des réactions violentes à propos de la manière dont un homme, ou une femme, est censé se comporter. En tant qu’artiste on ne peut pas changer les choses mais on soulève des questions" explique Olga Neuwirth. 

C'est l’artiste transgenre Justin Vivian Bond qui incarne le rôle-titre, aux cotés des chanteuses Kate Lindsey et Constance Hauman. Les fonctions clés de la création du spectacle, costume, écriture et mise en scène, sont également confiés à des femmes. 

Las Encantadas d'Olga Neuwirth, créés en 2015,  était déjà une oeuvre musicale inspirée d'une création littéraire. Il s'agissait d'une livre d'Herman Melville, consacré à cet ensemble d’îles qui se trouvent dans l’archipel des Galapagos, et que les Espagnols désignaient sous le nom de « las Encantadas ». 

L'opéra de Vienne n'est pas le premier à faire jouer une oeuvre de compositrice. Le Metropolitan de New York l'a devancé en 2016, avec une oeuvre de la finlandaise Kaija Saariaho. L'Opéra de Paris, en 2002, avait commandé, à Neuwirth et à l'écrivaine Elfriede Jelinek, un opéra original. Malheureusement, leur travail, l'opéra Der Fall von W (Le cas W), inspiré de l' histoire d'un médecin autrichien pédophile, avait été refusé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.