Avec désormais 1 milliard d'utilisateurs, Instagram profite de son succès auprès d'un jeune public friand de partages de photos et de vidéos, et compte amplifier le mouvement avec une nouvelle plateforme dédiée à des vidéos plus longues, mordant encore davantage sur le terrain de YouTube.

Kevin Systrom, directeur général d'Instagram : " Il est temps que la vidéo avance et évolue"
Kevin Systrom, directeur général d'Instagram : " Il est temps que la vidéo avance et évolue" © AFP / VIVIEN KILLILEA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA /

Alors que le réseau possédé par Facebook ne revendiquait que 800 millions d'utilisateurs en septembre dernier, il vient de franchir la barre du milliard d'utilisateurs actifs. 

Instagram rejoint ainsi les messageries WhatsApp et Messenger, elles aussi détenues par Facebook, qui ont déjà dépassé ce seuil symbolique. 

Instagram, le Facebook des jeunes 

Instagram, devenu un phénomène culturel à part entière, dépasse ses rivaux Twitter et Snapchat.   

Avec 2,2 milliards d'utilisateurs, Facebook reste le roi des réseaux sociaux, mais son succès s'essouffle auprès des jeunes. Sur Instagram, les posts devaient se contenter d'une photo au format carré, et la vidéo y est apparue en 2013. La montée en puissance du média vidéo fait passer Instagram à la vitesse supérieure, et au format d'une heure. 

Selon le cabinet eMarketer, 181,7 millions d'Américains regarderont de la vidéo au moins une fois par mois cette année, une hausse de 6,1 % par rapport à l'an dernier.                      

Ce sont en particulier les plus jeunes qui sont le vecteur de ces changements d'habitudes, qui suscitent plus largement un vaste bouleversement du secteur traditionnel des médias et du divertissement, menacés par les géants technologiques, de Facebook à Google en passant par Amazon ou Netflix.  

Chez les adolescents, la télévision est en perte de vitesse. Ils se tournent vers la vidéo en ligne plus naturellement. 

Instagram a beau être le réseau social le moins sophistiqué, c'est bien lui qui est en train de gagner du terrain. Les informations qui s'y partagent, centrées sur de jolies photos, font de lui le réseau social "feel good"

Antoine Mairé, chargé d'innovation éditoriale à Radio France, estime que c'est le réseau qui profite "à ceux qui veulent créer leur propre média. Des personnalités surtout, des créatifs qui ont un univers visuel fort. Ils ne sont pas forcément les rois du buzz sur Youtube, c'est une autre forme de communication."

Instagram est très utilisé par les voyageurs et touristes pour repérer les endroits moins connus à découvrir, et les offices du tourisme ne s'y trompent pas. La tendance du moment est aussi celle des bookstagrameurs, qui ne laissent pas indifférents les éditeurs. 

Pour Antoine Mairé, se partagent très bien sur Instagram "les coulisses, les making-of. Cela n'a pas la puissance de Youtube ou Facebook, c'est moins viral, mais pour les médias, le système des stories est une nouvelle forme intéressante. Ça nous pousse à [concevoir] de nouvelles narrations faciles à appréhender pour le public, alors que Snapchat est plus difficilement maîtrisable. Les médias n'y ont pas trouvé leur place".

La bataille de la vidéo

Instagram a donc lancé mercredi une application distincte appelée IGTV, qui permet à tous les utilisateurs de publier des vidéos allant jusqu'à 10 minutes – contre 1 minute jusqu'ici – et à certains créateurs disposant d'un grand nombre d'abonnés d'aller jusqu'à une heure. 

L'application est accessible soit de façon autonome soit directement depuis Instagram. Comme YouTube, IGTV va proposer des chaînes où les utilisateurs pourront retrouver les vidéos de leurs internautes préférés. Conçue pour le mobile, IGTV propose des vidéo en format vertical et occupant tout l'écran du smartphone.  

Si IGTV ne propose pas de publicités, l'idée est de fidéliser et d'augmenter le nombre d'abonnés. Le réseau n'exclut pas à terme la présence de pubs. 

Selon la société eMarketer, Instagram va générer des revenus publicitaires de près de 5,5 milliards de dollars cette année, soit un bond de 70 % par rapport à l'année dernière, grâce aux nombreuses marques et entreprises qui publient sur le réseau.  Instagram vient ainsi encore plus directement concurrencer la plateforme de partage de vidéos YouTube, détenue par Google, et qui connaît également un succès grandissant.                      

Lancé en 2010, Instagram a été acheté en 2012 par Facebook pour environ 1 milliard de dollars. Facebook mais aussi Twitter ou Snapchat, notamment, ont eux aussi déjà commencé à renforcer leur offre en vidéo, en les mettant davantage en valeur ou en diffusant des contenus originaux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.