La prison des Baumettes propose un des conditions d'hébergement "très dégradées"
La prison des Baumettes propose un des conditions d'hébergement "très dégradées" © Maxppp

Elle devait rester en détention jusqu'en 2019, et aurait alors eu 80 ans. Une femme de 73 ans est décédée hier matin en s'immolant par le feu dans sa cellule de la prison de Joux-la-Ville, dans l'Yonne. La détenue avait été condamnée pour tentative d'assassinat.

L'enquête doit notamment déterminer comment ce drame a pu se produire, quels produits elle a pu utiliser, seule dans sa cellule. La justice a ordonné une autopsie. L'autre question posée par ce suicide, c'est l'attitude à adopter envers des détenus instables psychologiquement. La détenue avait en effet déjà fait une première tentative de suicide.

Au 1er janvier 2012, seule une petite minorité des personnes écrouées était âgée de plus de 60 ans : 2.565 personnes au total. Il y a eu 116 suicides en prison en 2011.

Ce type de situations reste rare, Nour-Eddine Zidane.

La détenue de 73 ans venait de réintégrer sa cellule, la veille du drame au soir, après un séjour en établissement spécialisé.

Pour Philippe Stoll, délégué FO pénitentaire au centre de détention de Joux-la-Ville, cela pose le problème de ce type de détenus en prison.

Un soutien psychologique va être proposé aux deux surveillantes qui ont tenté en vain de secourir la détenue. Dans cette prison, qui accueille environ 600 détenus, les suicides ne sont pas très fréquents.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.