Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont appelé hier à Rome à la démission du président du Conseil, de plus en plus contesté alors que l'Italie fait face à un déficit important et à la surveillance de Bruxelles et du FMI.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.