le gouvernement d'enrico letta a prêté serment en italie
le gouvernement d'enrico letta a prêté serment en italie © reuters

Les ministres du gouvernement Letta ont prêté serment dimanche au palais du Quirinal à Rome. L'avenir de ce gouvernement constitué sur la base d'une coalition entre droite, gauche et centre, reste suspendu à un vote de confiance des deux chambres du parlement lundi.

Renato Brunetta, président du groupe du Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi à la Chambre des députés, a répété ue sa formation ne voterait pas la confiance si Letta n'annonçait pas lors de son discours de politique générale l'abolition de la taxe sur les résidences principales (ou impôt municipal unique, Imu) réintroduite l'an dernier par le gouvernement de Mario Monti. Si la droite obtient gain de cause, il manquera quelque huit milliards d'euros cette année dans les caisses de l'Etat.

Le parti de Berlusconi –qui a placé Angelino Alfano, son numéro deux dans le cabinet avec le rang de vice-président du conseil et ministre de l’intérieur- affirme que lors des négociations pour la formation du gouvernement, Enrico Letta a "donné sa parole" sur cette question et promis également que les sommes encaissées seraient reversées aux contribuables.

La composition du gouvernement, qui a mis fin à deux mois d'impasse politique provoquée par les élections législatives de février dernier, est le résultat d'un savant dosage entre les différents partis traditionnels du pays.

A part Angelino Alfano et Emma Bonino, ancienne commissaire européenne, Enrico Letta, numéro deux du Parti démocrate (PD) a rassemblée autour de lui des ministres essentiellement "techniciens", choisis pour leur appartenance à la société civile et sans doute aussi à la poussée du mouvement anti-partis de Beppe Grillo.

Le gouvernement qui a prêté serment dimanche, fruit d'une alliance inédite avec 9 ministres de gauche, 5 de droite, 3 centristes, pourra-t-il résister à la pression des partis et notamment de celui de Berlusconi ?

A Rome,l'analyse de Mathilde Auvillain

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.