Marine Le Pen

Tombée dans la marmite politique toute petite, Marion Anne Perrine (de son véritable état civil) est la seule des trois filles Le Pen qui s'intéresse au combat de son père. Adhérente au Front national dès 1986 à l'âge de 18 ans, elle goûte pour la première fois à l'âge de 24 ans aux arômes des élections lors des législatives de 1993 . Défaite corsée : elle ne recueille que 11% des suffrages face à l'indéboulonable Bernard Pons. Mais Marine ne lâche pas le chemin des cuisines et vend son menu "pour la France". La sauce prend : en 1998, elle devient conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais, est élue députée européenne en 2004 et obtient 18 élus dans le Nord-Pas-de-Calais aux élections régionales de 2010.

Mère de trois enfants elle a divorcé deux fois. Ses trois principaux compagnons ont tous eu un lien, de près ou de loin, avec le Front national : Frank Chauffroy, dirigeant d'entreprise, travaillait pour le FN. Eric Iorio fut Secrétaire national du parti aux élections et conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais. Aujourd'hui, son compagnon Louis Aliot n'est autre que le numéro 2 du parti.

Marine Le Pen connait son heure de gloire le 16 janvier 2011, lorsqu'elle prend la tête du Front national. Objectif : l'Elysée en 2012.

Sans jamais oublier la tambouille de papa, l'héritière fustige régulièrement le "système" sous-entendu "pourri" et incarné par le PS et l’UMP , qu’elle regroupe sous l’acronyme d’"UMPS". Mais elle sait aussi que la recette Le Pen, provocatrice, n'est pas du goût de tout le monde et doit parfois répondre aux ironies de son père notamment sur les chambres à gaz, un "détail de l'histoire" avait-il dit. Avec ses larges épaules elle n'hésite pas non plus à jouer la provocation : "Si un étranger ne trouve pas de travail, il n'a pas vocation à rester sur le territoire national". Elle appelle notamment les "fonctionnaires patriotes" à "organiser la résistance".Elle axe sa campagne autour de la sortie de l'euro , seule voie, selon elle, qui permettra d’éviter un "chaos économique et social" annoncé. Son plat préféré, comme celui de son père, entretenir le suspense pour recueillir les 500 parrainages. Régulièrement placée par les sondages en troisième position pour le premier tour de l'élection présidentielle, elle espère faire comme Jean-Marie Le Pen en 2002 : atteindre le second tour . Mais Jean-Luc Mélenchon, qu'elle surnomme le "nouveau Bernard Tapie", pourrait bien la reléguer au quatrième rang.

> Son site de campagne

Marine le Pen invitée du 7/9 le jeudi 19 avril

  • 5 Minutes avec...

00'22'' : J'ai réussi à imposer des problématiques dans cette campagne présidentielle

  • Invité du 7/9

04'38'' : Mohamed Merah n'aurait jamais été français si j'avais été au pouvoir

  • Interactiv'

18'48'' : Il faut arrêter l'immigration et réserver les logements sociaux aux Français

  • Les coulisses
lien cdc le pen
lien cdc le pen © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.