Difficile de le nier, il y a dans l’air comme une ambiance de rentrée ! C’est chouette, on retrouve les petits collègues et les voisins de pallier. Mais vous avez aussi le droit de trouver que c’est triste. Alors j’ai un conseil pour vous, si vous souhaitez prolonger l’été : courez à Chaumont-sur-Loire.

Au pied du château de Chaumont, qui surplombe la Loire et est survolé régulièrement par des montgolfières multicolores, vous pourrez profiter du festival international des jardins. Une expérience féérique qui se poursuit jusqu’à la mi-octobre. Ce festival est devenu en 20 ans le rendez-vous incontournable des botanistes, des paysagistes, des architectes, des designers, et des artistes contemporains en tout genre : tous ceux qui voient dans le végétal une œuvre d’art. Ils investissent le parc du château de Chaumont avec leurs installations toutes plus créatives les unes que les autres.

Les sensations : voilà le thème imposé cette année. La promenade dans ce vaste parc met en éveil tous les sens. On plonge dans un monde de parfums, de textures, de sons, de couleurs et de formes, toutes issues du végétal. On met par exemple sa tête dans des casques, baptisés des « snifettes » : des casques en formes de massifs de fleurs, conçus par deux Français, une plasticienne et un chaudronnier. L’image, vue de l’extérieur, de ces visiteurs sans tête, ou plutôt à la tête en forme de massif de fleur, est déjà très belle. Et quand on met soi même la tête dans une « snifette », c’est tout un univers olfactif qui se déploie.

J’ai un faible aussi pour les installations qui jouent avec la brume : des brumisateurs diffusent de fines gouttelettes d’eau dans un paysage, et le voilà totalement bouleversé. La japonaise Fujiko Nakaya crée ainsi un « nuage permanent » au cœur d’une petite forêt de boulots. C’est sublime, on a vraiment l’impression de traverser un nuage.

Mais attention, vous ne serez tous seuls, dans la brume ! Le festival international des jardins est très loin d’être une petite chose méconnue. L’année dernière, il a attiré 400.000 visiteurs dans le parc du château de Chaumont. Mais cela vaut le coup de faire un peu la queue pour entrer. C’est un trésor de poésie, qui mérite aussi le détour de nuit. A la lueur des ampoules et des diodes, les installations végétales prennent un autre visage, c’est somptueux. Mais là, il faut vraiment se dépêcher : alors que le festival des jardins se termine le 20 octobre, pour les visites nocturne vous avez jusqu’à ce soir. Oui ce soir, 31 août, c’est la dernière nocturne… Quand je vous dis que c’est la rentrée !

Sculpture de brume, par Fujiko Nakaya
Sculpture de brume, par Fujiko Nakaya © Radio France / Fujiko Nakaya
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.