Je hais les voitures Renault met 3000 salariés en préretraite. Il avait supprimé 4400 emplois en 2008 et 2009 Renault et Peugeot ont supprimé 40000 emplois ces quatre dernières années. Renault conserve 55000 salariés, Peugeot 101000. Ah, le bon temps de la Régie ! Ne pas désespérer Billancourt ! L’assassinat de Pierre Overney par un vigle de Renault (« Charlie » avait fait sa couv’ avec un dessin de Gébé à l’époque). Les chaînes. La maîtrise et les petits chefs qui encadraient une main-d’œuvre soumise et largement immigrée. « Elise ou la vraie vie », roman de Claire Etcherelli, prix Femina 1967, un an avant la Grande Révolution... Il racontait les amours d’une ouvrière française et d’un immigré si je me souviens bien, sur fonds de cadences infernales... Louis Renault inventeur de la boite à vitesse en prise directe. Les taxis de la Marne. La tanks Renault F-17 de l’offensive de 1918. Les tanks de l’invasion de la Rhur. Les camions pour l’occupant nazi. Les bus de la RATP. La 4cv, la Dauphine... Renault soutenu par l’Etat. Le déclin. L’impossibilité de vendre une bagnole aux américains (alors que VW et BMW fondenet une partie de leur succès sur le marché américain). Schweitzer le nul. Goshn, le « cost killer », gros nul. Achève de tuer l’entreprise. Produit des berlines qui n’en sont pas, des 4x4 qui n’en sont pas, et est stupéfait par le succès de la Logan, qu’il n’avait pas du tout prévu. Réagit comme tous ceux qui n’ont pas d’imagination, en délocalisant et taillant dans les effectifs (politique beaucoup plus astucieuse du personnel de VW). Tarde à importer les méthodes d’organisation du travail inventées par Toyota, reste sur la tradition française : les ouvriers sont des ennemis qu’il faut encadrer. Résultat : qualité des bagnoles systématiquemen inférieur à celle des allemandes ou des japonaises et maintenant des sud-Politique commerciale désastreuse (les agents Renault daignent vous vendre des voitures, alors que tous les autres vendeurs des marques étrangères se foutent à plat ventre devant vous). On va pas pleurer Renault ni le travail à la chaîne. Tant mieux pour ceux qui partent en retraite en raison de la pénibilité du travail, mais on ne peut s’empêcher de se marrer de voir une entreprise où l’Etat est encore l’actionnaire majoritaire, dégraisser ses « seniors » avant l’âge légal de la retraite ! Où sont toutes les promesses sur l’emploi des seniors ? Renault ne fabrique plus en France. Actuellement il construit 400000 véhicules environ, soit 20% de son total, toutes marques sous son contrôle comprises. Il va ouvrir une grosse usine au Maroc. Selon le cabinet d’analyse Exane (BNP) il pourrait supprimer la totalité de sa production en France d’ici trois ans. Carlos Goshn doit dévoiler son « plan de productivité » en février 2011. Salariés de Renault, tremblez ! Partant, Renault assassine un peu de la sous-traitance et de la réparation. C’est la gestion du personnel à la française : l’ouvrier est un coût, donc on taille dans les effectifs. Décidément, les Allemands sont moins nuls, qui considèrent l’emploi plus comme un investissement que comme un coût. Goshn, qui avait été soutenu par la prime à la casse (l’une des imbécillités majeures de la politique industrielle française, car une fois que tu as accéléré le renouvellement du parc, qu’est-ce que tu fais, pauvre nase ? Une super-prime à la casse ? tu obliges les contribuables à financer Renault, c’est ça ?), répond désormais à son incapacité à trouver des modèles et créer de la qualité par le dumping social. Il devrait bientôt venir écraser une larmes devant les télés pour dire qu’il souffre de licencier, en général c’est ce que font les patrons français.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.