Jérôme Cahuzac
Jérôme Cahuzac © Radio France / Anne Audigier

Jérôme Cahuzac a de nouveau nié détenir un compte bancaire en Suisse et figurer sur l'enregistrement sonore qui constitue la pièce maîtresse de Mediapart dans son dossier contre le ministre délégué au Budget.

"J'ai nié en bloc, je comprends qu'il faut nier en détail. (...) Ça ne peut pas être moi puisque je n'ai jamais eu de compte à l'étranger. J'ai nié en bloc, je nie en détail", a-t-il déclaré dans le cadre du "Grand Rendez-vous" Europe 1/i-télé/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Le 6 décembre, Mediapart a diffusé une bande sonore dans laquelle un homme présenté comme le ministre du Budget parle de son compte en banque en Suisse, ce qui peut s'avérer politiquement sensible, surtout pour un ministre de gauche chargé, notamment, de traquer l'évasion fiscale.

Écoutez la réponse de Jérôme Cahuzac sur un éventuel compte en Suisse.

Jérôme Cahuzac a déposé trois plaintes dans ce dossier et a fait savoir le 19 décembre qu'il avait demandé à la banque suisse UBS de dire si oui on non il a détenu un compte dans cet établissement afin de "clouer définitivement le bec" à ses accusateurs.

"Ce que je ferai, ce que j'essaye de faire, c'est d'obtenir un document qui fasse litière de toutes ces accusations. C'est très difficile d'obtenir un tel document de la part d'une banque suisse", a-t-il expliqué dimanche, tout en ajoutant avoir "de bons espoirs d'y parvenir".

Le ministre a rappelé que chaque membre du gouvernement faisait l'objet d'une vérification fiscale avant sa prise de fonctions, laissant entendre qu'il n'y avait pas eu de suite le concernant.

La taxe sur les hauts revenus avant l'automne 2013

La taxe sur les revenus supérieurs à un million d'euros par an sera incluse dans la prochaine loi de finances, au plus tard à l'automne 2013, et pourrait être pérenne, a aussi déclaré le ministre français du Budget. Cette disposition, destinée à remplacer la taxe de 75% censurée par le Conseil constitutionnel en décembre, figurera dans le budget 2014, a confirmé Jérôme Cahuzac."Je ne peux vous dire aujourd'hui quand sera présentée au Parlement une prochaine loi de finances", a-t-il dit, expliquant ne pouvoir donner un calendrier précis. Toutefois, a poursuivi Jérôme Cahuzac, le montant et les modalités de la taxe seront communiqués "très vite", "dès que le président de la République et le Premier ministre auront rendu leurs arbitrages". Prié de dire si le seuil d'imposition pourrait être abaissé, le ministre a répondu : "Ça peut faire partie des paramètres". Quant à la durée de la mesure, prévue initialement pour couvrir deux années, Jérôme Cahuzac a laissé entendre qu'elle pourrait être supérieure. "Ça peut être la mandature, ça peut aller au-delà, ça peut être pérenne", a-t-il dit.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.