Joan Rivers est morte à 81 ans
Joan Rivers est morte à 81 ans © Reuters / Molly Riley

VIDEO - L'actrice et animatrice de télévision américaine, très populaire outre-Atlantique, est morte jeudi à l'âge de 81 ans. Toute sa vie elle s'est moquée des autres autant que d'elle-même, y compris de ses (nombreuses) opérations de chirurgie esthétique.

"J'ai réussi en disant tout haut ce que tout le monde pensait tout bas" : c'était la devise de Joan Rivers. Actrice, comédienne, première femme à avoir son propre "late show" (les traditionnelles émissions du soir américaines) aux États-Unis, elle est décédée ce jeudi suite à un arrêt cardiaque et respiratoire.

Joan Rivers a animé de nombreuses émissions de télévision, après avoir été invitée plusieurs fois dans le fameux Tonight Show de Johnny Carson, qui avait repéré ses performances en stand-up. Elle remplacera régulièrement l'animateur lors de ses absences, avant d'obtenir son propre talk-show, concurrent direct de son mentor, qui coupera les ponts avec elle.

C'est surtout son franc parler que retiendront les Américains. L'actrice était une habituée des déclarations fracassantes et des petites phrases assassines

Le seul vrai orgasme d'une femme, c'est quand elle fait les magasins.

Je suis juive. Je ne fais pas de sport. Si Dieu avait voulu que je me baisse, il aurait répandu des diamants sur le sol.

La meilleure méthode de contraception pour moi, c'est de laisser la lumière allumée.

Joan Rivers était aussi réputée pour ses nombreuses opérations de chirurgie esthétique, dont elle se moquait elle-même régulièrement.

J'ai eu tant de chirurgie plastique que quand je mourrai, ils donneront mon corps à Tupperware.

Quand je mourrai, je veux une cérémonie avec plein de caméras et de lumières, qu'on m'enterre dans une robe Valentino et je veux que Meryl Streep pleure, en cinq accents différents.

Son humour mordant lui a parfois valu des critiques acerbes, comme lorsqu'elle fait une blague douteuse sur l'Holocauste. Fervent soutien d'Israël, l'actrice avait aussi régulièrement choqué par ses propos sur le sujet, estimant notamment que les Palestiniens de la bande de Gaza "méritent de mourir".

La comédienne était encore très active, comme écrivain notamment ("Journal d'une diva dingue" ou "Je déteste tout le monde, à commencer par moi"). La veille de son hospitalisation, elle participait à la promotion de son dernier livre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.