Les opposants à l'ex-projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ont fêté leur "victoire historique" sur la ZAD.

Manifestation pour célébrer l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes
Manifestation pour célébrer l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes © Radio France / Sandy Dauphin

Annoncé le 17 janvier, l'abandon du nouvel aéroport nantais, un projet né dans les années 1960, est devenu définitif le 9 février avec l'expiration du décret qui le déclarait d'utilité publique (DUP), signé il y a dix ans.

Ils souahaitent désormais réaffirmer leur détermination à remporter la bataille de la gestion collective des terres. 

Venus de Dordogne, de Limoges, de Lille ou de Marseille, 50 autocars transportant des militants anti-NDDL ont brièvement marqué l'arrêt dans le bourg de Notre-Dame-des-Landes, avant de converger sur la ZAD, où se tient à partir de la mi-journée une "grande fête de l'abandon" du projet d'aéroport, annoncé il y a près d'un mois par l'exécutif.   

Le reportage de Sandy Dauphin

Des milliers d'opposants fêtent sur la ZAD l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Des milliers d'opposants fêtent sur la ZAD l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes © Radio France / Sandy Dauphin

Dans l'espoir d'obtenir la gestion collective des terres agricoles de la ZAD, les "manifestants festifs" se sont rassemblés sous le mot d'ordre  "Enracinons l'avenir". Les milliers d'opposants sont appelés à venir chacun avec un arbre ou une plantation, qui seront plantés dans le bocage nantais quand les conditions climatiques le permettront.   "On est ici en train de construire un avenir, on a des projets agricoles, environnementaux, mais aussi sociaux", a déclaré Dominique Fresneau, coprésident de l'Acipa, principale association d'opposants. 

Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes espèrent que les terres de la ZAD passent en gestion collective
Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes espèrent que les terres de la ZAD passent en gestion collective © Radio France / Sandy Dauphin

Une mobilisation massive serait un signal fort envoyé à l'État, alors que la préfète de la région Pays-de-la-Loire, Nicole Klein, s'apprête à ouvrir les négociations sur le devenir agricole du territoire de 1.650 hectares.   

Deux cortèges, accompagnés de fanfares et de chars, sont partis dans une ambiance de carnaval, pour rejoindre à la ferme de Bellevue, occupée depuis janvier 2013 par un collectif de paysans anti-aéroport, et où sera brûlée une grande effigie de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.   

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.