961 journal intime L’Europe entre crétinisme béat et stupidité hilare Pas de chance pour Sarko. Le G20 est un échec total. Les Européens sont grotesques. Comment pourrait-il en être autrement ? L’économie mondiale est fondée sur la compétition, le chacun pour soi, le désir de laminer les autres, et soudain il faudrait être coopératif, gentil, faire des concessions, aimer les pays qui nous ruinent comme la Chine ou l’Allemagne. La « guerre des monnaies » initiée par les Etats-Unis montre l’incroyable naïveté de l’Europe (sauf l’Allemagne) et des zozos qui s’agitent à Bruxelles au nom du « libéralisme », précisément, et de la mondialisation « heureuse ». L’Europe (sauf l’Allemagne) est le maillon faible de l’économie mondiale. Tous les pays sont en train de limiter la hausse de leur monnaie, le Japon, la Grande Bretagne, la Russie, même la Corée du Sud s’y met ! pour répondre à l’attaque menée par les Etats-Unis. Seule nigaude qui regarde sa monnaie monter : la zone euro. En 1931, la Grande Bretagne abandonne l’étalon or et dévalue la livre de 6O%. En 1933, Roosevelt fait pareil pour le dollar et à peu près pour le même montant. Que font la France, et les débiles profonds qui la dirigent ? Ils décident de s’agriper à l’étalon or ! de créer le « bloc-or » avec la Suisse, l’Italie, les Pays Bas... Politique de rentiers et de petits paysans (dixit Keynes) attachés à leur lessiveuse pleine d’or. Résultat : déflation, chute de la croissance, hausse du chômage. Laval, l’ignoble Laval, ajoute à la déflation sa propre déflation en juillet 35. Aujourd’hui, Trichet, Noyer et autres pitres en appellent encore à la « lutte contre l’inflation », traduisez « protéger le rentier ». Quant au G20, il faut penser à la SDN dans l’entre deux guerres, qui s’efforçait de régler les relations internationales, et auquel déjà ne participaient pas les américains. Un machin inutile où l’on dépense de la salive et des frais de déplacement pour faire oublier les bruits de bottes. Quelles mesures ont fait suite aux rodomontades du G20 depuis deux ans ? Les paradis fiscaux ? rien n’a changé. Les bonus des traders ? Wall Street s’apprête à battre un nouveau record. Les profits des banques ? Jamais aussi élevés, merci. Plus 4% environ 144 milliards de dollars d’après le WS Journal. Faut bien que l’argent fabriqué par Obama serve à quelque chose, non ? Les ratios prudentiels des banques ? elles se battent comme des chiennes pour qu’on leur foute la paix sur leur bilan, mais, c’est vrai, elles auront un peu plus de fonds propres suite à « Bâle 3 » (les accords définissant les règles prudentielles). Les hedge funds ? rien à signaler. Les marchés dérivés ? Rien à signaler, sinon de la bonne volonté pour s’y intéresser. Les agences de notation ? RAS. Maintenant regardons la réalité : L’Allemagne a-t-elle intérêt à une baisse de l’euro ? Elle vend de tout aux français (donc que l’euro soit fort ou faible elle s’en fout) et des machines aux Chinois (donc que l’euro soit fort ou faible elle s’en fout, les Chinois ont besoin des machines allemandes pour fabriquer leurs objets). Les Etats-Unis ont-ils intérêt à un relèvement du yuan Chinois ? Oui, Obama qui est inquiet par le chômage officiel (10%) et réel (20% si l’on considère les petits boulots, les découragés qui refusent de s’inscrire au chômage, les prisonniers etc.) de son pays. Mais les entreprises américaines s’en moquent. Qui croira que Wall Mart, la première entreprise américaine, qui vit de l’importation de produits chinois a envie de voir ses produits augmenter à cause d’une hausse du yuan ? et Boeing, et Nike, et les autres ? 60% des importations chinoises destinées aux Etats-Unis sont le fait d’entreprises américaines ayant signé des partenariats avec la Chine... Fuck la hausse du yuan ! Et pour en finir avec la débilité mentale de la Commission européenne : cette pauvre nouille constate que les Chinois qui s’infiltrent dans les marchés publics européens ne pratiquent pas la réciprocité et réservent leurs marchés à leurs entreprises !! Pas libéraux les chinois... Et les Allemands, libéraux ? Madame Merkel qui réclame l’ouverture des marchés pour ses produits a pris (Les Echos du 12/13/11) 33 mesures pour protéger son économie depuis qu’elle gouverne... Et elle vient de décider de fixer les prix du marché du médicament... Poum ! l’Etat fixe le prix de la santé. Libérale la chancelière ? Pendant ce temps Sarko cire les bottes chinoises pour vendre de la technologie française... Au fait : l’Europe du pitre Barroso vient d’échouer à définir un brevet européen. Résultat, déposer un brevet coûte en cinq et vingt fois plus cher en Europe qu’aux Etats-Unis. Bonjour chez vous.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.