Journal intime 929 Borloo le bouffon, Jouano la clownesse Les promesses n’engagent que ceux qui les croient... On avait cru un intant que Sarko croyait à l’écologie. Taxe Carbone « L’écologie ça commence à bien faire ! » (Sarko au salon de l’Agriculutre). En son temps, il avait comparé la loi sur la taxe carbone, à celle abolitions la peine de mort, ou à la décolonisation ! Il avait de l’estomac, le gars ! Et là, on lui dit : « Hé, mec, les agriculteurs votent FN, gaffe ! » Donc fini la taxe carbone ! Pourtant, ce n’était pas grand-chose : deux milliards d’euros. A comparer avec les trois milliards que coûte la TVA réduite aux restaurateurs (« pour tenir une promesse de Chirac » (sic !)) contre des emplois qu’ils ne créent pas et des baisses de prix qu’ils seraient bien stupides de faire ; à comparer avec les 7 milliards que coûtent les cadeaux fiscaux de la loi TEPA ; aux trente milliards de dégrèvements de charges sociales qui tirent la qualification du travail français vers le bas. Pour une fois qu’on voulait modérer les comportements pollueurs des consommateurs et des entreprises moyennes ou petites (celles qui ne participent pas au marchés des quotas de carbone) ! Chantal Jouano : « C’est le Medef qui a planté la taxe carbone ! » Et oui ! Ces salopards qui seraient prêts à raser les forêts, liquidet les thons et nettoyer les océans, empoisonner les eaux, bidonvilliser la terre pour faire un peu de profit, certes, certes... Mais le NPA applaudit à l’abandon de la taxe carbone ! et le PCF aussi ! Et la CGC, le syndicat jaune, aussi ! Donc c’est la haine de l’écologie qui triomphe au nom de la ... compétitivité ! de l’emploi ! Ah, l’emploi ! Polluons, polluons pourvu qu’on nous paye à polluer ! La France ne sera jamais prête à accepter le principe pollueur payeur, principe accepté par les pays les plus compétitifs justement, l’Allemagne ou les Pays-Bas. La Suède, la Finlande, le Danemark, l’Irlande ont une taxe carbone. La taxe Suédoise est particulièrement élevée, 108 euros en moyenne la tonne de CO2, elle existe depuis dix huit ans, les comportements ont radicalement changé en Suède, et la Suède reste un pays hyper-compétitif, tourné radicalement vers l’économie verte. Comme l’Allemagne. Comme les Pays-Bas, qui viennent d’introduire une taxe carbone au kilomètre, qui ont déjà une fiscalité verte, et qui sont le seul pays véritablement exportateur avec l’Allemagne. La Suisse vient évidemment d’introduire une taxe carbone, mais elle a toujours été attentive à son environnement. La Grande Bretagne aussi à sa fiscalité écolo. Sa taxe sur l’essence est beaucoup plus forte que la taxe française. En France, on le député Gilles Carrez annonce que l’on va supprimer les aides au photovoltaïque. Et Sarko en remet une couche avec les agriculteurs : plutôt sacrifer l’Europe que la PAC ! La Pac qui a conduit à l’agriculture la plus destructrice qui soit ! Record du monde des pesticides après les Etats-Unis. Même Chantal Jouano aboie aujourd’hui contre les céréaliers, les pollueurs abreuvés de subventions. Bref, en France le principe pollué qui paye et pollueur qui engrange continue. La lacheté de l’abandon de la taxe carbone n’empêchera de perdre la guerre économique : pendant que nous contemplons nos céréaliers roulant en Mercedès dans les plaines stérilisés aux pesticides de la Beauce, les Allemands construisent une économie économe. Salauds de Bôches ! Sarko est le Daladier de la politique économique française, en attendant de devenir son Emmanuel Berl : « La terre ne ment pas ! » Après le curé supérieur à l’instit, le paysan supérieur à l’ouvrier. N’empêche qu’il mange son chapeau, comme Daladier à Munich ; les Allemands (« la Chancelière de fer sur qui la Grèce s’est cassée les dents » dixit le Bild) ont triomphé : il n’y aura pas d’aide de la zone euro à la Grèce ; l’aide viendra du FMI sauf si les pays de la zone euro constatent à l’unanimité des 16 que la Grèce ne peut se refinancer. L’Allemagne se réserve même un droit de véto sur cette possibilité ! Il paraît que les Grecs sont contents. Leur besoin de financement est de 53 milliards (le 1/4 du PIB) en 2010. Ils vont les trouver, mais au taux de 6.5%, tandis que les banques sont refinancées à 1% seulement par Trichet-l’impuissant. Qui prête ? Les banques, pour leurs clients directement, ou via les hedge funds pour leurs clients. Paraît que c’est surtout des français qui achètent du grec. Les banques, elles, annoncent 11 milliards d’euros de bénéf en 2009. Chantal Jouano pleurniche qu’elles offrent deux milliards d’euros de primes et bonus à leurs dirigeants, l’équivalent de la pauvre taxe carbone ! Pauvre Chantal ! Ca doit être dur d’être cocue ! Remarquez, moins cocue que le super-cocu Trichet qui comprend enfin que l’euro ne s’appelle pas l’euro mais le mark, et que la BCE n’est autre que la Bundesbank peinte en jaune, la couleur du président. Les Grecs sont tellements endettés vis-à-vis de l’étranger, qu’ils exportent 5% de leur pIB chaque année pour payer des intérêts. Ils se font saigner. Mais que représente la grèce ? 200 milliards d’euros de pIB ? C’est quoi à coté des 2000 milliards de chiffre d’affaires des dix plus grosses banques mondiales ? Livres Merci ô amis lecteurs d’étancher ma soif de lecture ! Merci à André qui m’envoie une liste de trente romans sur la Guerre de 14 ! A Patrick qui m’aiguille vers Vita Sakville-West. Parlant des Boches, j’achève, la larme à l’œil, le Journal d’Hélène Berr (Points). Hélène battue à mort par une gardienne, six jours avant la libération du camp par les Anglais, qui parle de la poésie anglaise précisément, et de Keats comme personne, et des Allemands avec un courage et une vérité exceptionnels. « Le Naufrage. 16 juin 1940 » d’Eric Roussel (Gallimard). Formidable. Toute la canaille de l’Inspection des finances, défaitiste. Weygand, haineux de la Gueuse. Et Raynaud et sa poule pacifiste ! Tous ces gens ont tué Hélène Berr. Et pour ajouter à votre désespoir : « Le Fric c’est Kapital » de Tignous (ed...) La lutte éternelle des classes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.