L'enquête de Benoît Collombat en résumé

Les "liaisons dangereuses" Patrice de Maistre-Bernard Madoff

Révélations sur le rôle de la banque JP Morgan Chase, la banque de Madoff

Une plainte américaine accuse JP Morgan d’avoir passé la fraude Madoff sous silence

Dans cette plainte américaine de 33 pages, à laquelle nous avons pu avoir accès, un fonds d’investissement, « MLSMK investments company », reproche à la banque JP Morgan Chase d’avoir passé sous silence les agissements de Bernard Madoff.

JP Morgan Chase avait ouvert un compte au nom de Bernard Madoff (le compte n°140), par lequel ont transité plusieurs milliards de dollars… Un compte qui a rapporté gros à la banque. Entre 1993 et 2008, ce compte Madoff a fait gagner 483 millions de dollars à JP Morgan Chase, au simple titre de leur frais de compte.

Or, selon cette plainte américaine, datée du 23 avril 2009, dès juin 2008 la banque JP Morgan Chase aurait diligenté un audit annonçant la catastrophe.

« Pendant l’été 2008, la Chase a conduit des investigations détaillées sur Madoff qui ont permis de découvrir que Madoff mentait sur ses performances d’investissements et sur l’émission de faux relevés de comptes,peut-on ainsi lire dans cette plainte . La Chase a obtenu la connaissance factuelle que Madoff ne se comportait pas comme il fallait. »

De plus, au lieu d’alerter ses clients, la banque aurait liquidé, cinq mois plus tard, un portefeuille de fonds Madoff (« Sentry Fund ») estimé à 250 millions de dollars. Pour les plaignants américains, c’est bien la preuve qu’« en septembre 2008, la Chase savait que le business de Madoff était une fraude. »

Le 15 juillet 2010, la justice américaine a débouté MLSMK investments company de sa plainte, estimant que le fonds d’investissement n’apportait pas la preuve des faits dénoncés. Les avocats du fonds d’investissement ont fait appel.

Pourtant, les derniers éléments recueillis par le juge Van Ruymbeke confirment que JP Morgan Chase avait bien diligenté un audit sur Madoff, émettant alors de sérieux doutes sur sa transparence.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.