Justice
Justice © Radio France / CC mindgutter

Le système des jurés populaires en correctionnelle n'est pas "adapté". C'est, en substance, ce que déclarent deux magistrats dans un rapport adressé à la Garde des Seaux, Christiane Taubira. Ils dénoncent également un dispositif "extrêmement lourd" et "couteux"

L'expérience est en cours depuis un peu plus d'un an dans les juridictions de Toulouse et Dijon.

Ecoutez les précisions de Jean-Philippe Deniau

Les deux magistrats de la Cour de cassation, Didier Boccon-Gibod, premier avocat général, et Xavier Salvat, avocat général, avaient été chargés en novembre par la ministre de la Justice d'une mission d'audit de cette expérimentation lancée en janvier 2012, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, dans le ressort des cours d'appel de Dijon et Toulouse.

La réforme, initiée sous Nicolas Sarkozy, est également critiquée par les syndicats de magistrats. Frédéric Bourgade a rencontré d'ancien citoyens assesseurs à Toulouse.

Parmi les difficultés constatées par les deux auteurs du rapport: le "lourd processus de sélection annuelle" ou encore l'augmentation de la durée de la durée des audiences. On comptait en moyenne 12 à 20 affaires traitées par audience dans la configuration classique contre trois affaires en présence des citoyens assesseurs.

Retrouvez la synthèse du rapport

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.