[scald=214615:sdl_editor_representation]LONDRES (Reuters) - Kate Middleton n'est qu'un "mannequin de devanture" dépourvue de personnalité dont la seule raison d'être est d'avoir un enfant, estime la célèbre romancière britannique Hilary Mantel.

"J'ai vu Kate devenir une poupée articulée à laquelle on fait porter toutes sortes de choses", a-t-elle lancé le 4 février lors d'une conférence au British Museum.

Ces propos d'une virulence inédite à l'égard de l'épouse du prince William, deuxième dans l'ordre de succession sur le trône d'Angleterre, ont été repris cette semaine sur le site internet du London Review of Books, organisateur de la conférence, ce qui a donné lieu à une vive polémique.

"Ces derniers jours, c'est une future maman drapée dans d'autres misérables vêtements", a poursuivi la romancière, unique double lauréate du Man Booker Prize.

"Lorsqu'elle ne sera plus malade, la presse la trouvera radieuse. Elle découvrira que, jusqu'à présent, la vie de cette jeune femme n'était rien, que sa seule et unique raison d'être est d'avoir un enfant."

"Aussi mince qu'on peut le souhaiter, sans défaut, sans excentricité, sans rien de dérangeant, à l'abri de l'émergence de toute personnalité. Elle semble faite avec précision, produite par une machine, si différente de Diana", ajoute-t-elle.

Jugés "venimeux", "cruels" ou "extrêmement grossiers" par certains commentateurs, ces propos ont ravi les partisans de la romancière qui parlent d'une analyse bien sentie du rôle de la gent féminine au sein de la famille royale.

Peter Griffiths, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.