[scald=102789:sdl_editor_representation]BEYROUTH (Reuters) - Kofi Annan, émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe pour la Syrie, a fait montre, dimanche à Damas, d'un optimiste mesuré à l'issue de son deuxième entretien avec le président Bachar al Assad.

"Cela va être dur. Cela va être difficile mais nous devons faire preuve d'espoir", a confié aux journalistes le diplomate ghanéen. "Je suis optimiste pour plusieurs raisons", a-t-il ajouté en faisant état d'un souhait général pour un retour à la paix en Syrie.

Samedi, lors de leurs premières discussions, l'ancien secrétaire général de l'Onu avait tenu un discours de fermeté, mais sans obtenir d'avancée significative face à Assad, qui estime que les violences en Syrie sont le fait de "terroristes".

Annan a fait plusieurs propositions en faveur d'un arrêt des violences entre les forces de sécurité et les opposants armés et a plaidé pour un accès humanitaire, une libération des détenus et l'ouverture d'un dialogue politique.

Dominic Evans; Henri-Pierre André et Jean-Loup Fiévet pour le service français

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.