Dans ses interventions publiques, en réaction au livre de Pierre Péan, Bernard Kouchner cite de nombreux pays pour lesquels il a travaillé comme consultant : le Nigéria, le Bénin, l’Ukraine, la Roumanie, la Pologne. Ce que confirme l’Express, le 12 février dernier.

Pas un mot, en revanche, sur le Niger.

Pourtant, une page du site Internet d’Iméda (qui n’est plus accessible aujourd’hui) datée du 18 octobre 2007 que nous avions conservée dans nos archives faisait bien apparaître la « mise en place d’un programme pilote d’assurance maladie communautaire lié au micro-crédit » au Niger, commandé en février 2005 au « dr Bernard Kouchner, directeur de BK Conseil » .

Un document également déniché par nos confrères de Challenges, le 10 février dernier, grâce à un site internet qui leur a permis d’avoir accès à cette page web aujourd’hui disparue.

Un rapport sur le microcrédit au Niger officiellement effectué… à titre bénévole !

Interrogé sur ce point précis, Eric Danon, le patron d’IMEDA, affirme qu’« il n’y a jamais eu de contrat avec le Niger. » Pourtant, Bernard Kouchner et lui se seraient bien rendus sur place à plusieurs reprises : « trois fois » pour Bernard Kouchner, « cinq fois » pour Eric Danon. « Des travaux » auraient même été rendus à Niamey sur cette question du micro-crédit et de l’assurance-santé. « Nous voulions préparer une nouvelle spécialité d’IMEDA » , explique Eric Danon. Bernard Kouchner était très intéressé à l’idée de travailler sur la micro-assurance de santé. Mais nous n’avons jamais demandé d’argent… »

__

Des travaux effectués au Niger à titre bénévole, mais jamais concrétisés par un contrat pour une « question de temps » ? Difficile à croire. Nous n’avons pu obtenir la version du ministère de la santé, au Niger.

Enfin, le 9 février dernier, le site internet Bakchich révélait, sans être démenti, qu’en tant que ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner « a fait conclure au Quai d’Orsay un très gros contrat de santé publique au Kurdistan irakien au profit de ses proches amis » : 25 jours de présence pour 275 466 euros, deux fois plus que les tarifs conseillés par la Banque mondiale.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.